fbpx

Une saison de… AMSEA

Partagez cette page

Didier Garcia, référent national pour les arts martiaux du sud-est asiatique, affiche ses ambitions pour sa discipline après une saison où les AMSEA ont prouvé qu’ils savaient être solidaires. Explications.

Trois axes majeurs

« Il y aura quatre manifestations en 2022-2023 : un stage de rentrée, un stage avec un expert, une formation arbitrage et les championnats de France. Si les AMSEA sont le petit poucet de la Fédération, notre ambition est de doubler notre nombre de licenciés dans les prochaines années pour arriver autour de 3000 pratiquants. » Précis et ambitieux, Didier Garcia mise sur un développement des compétitions sportives pour attirer et fidéliser les jeunes licenciés. Première piste retenue ? Mettre en place dans les ligues où le nombre de pratiquants est suffisant (Île-de-France, PACA, Occitanie) des compétitions départementales et régionales. Avant des championnats de France qui seront probablement organisés en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Seconde piste, le développement de stages avec des experts à la renommée mondiale. « Au mois de mars dernier, ce sont deux experts de kali eskrima, René Tongson et Samuel Bambit Dulay qui nous ont fait le plaisir de venir. Organisé au Stade Pierre de Coubertin, ce stage fut une belle réussite puisque nous avons eu près de soixante-dix participants ! Un engouement sur lequel nous souhaitons surfer. Ainsi, en novembre, Maul Mornie, un spécialiste indonésien de penchak silat très reconnu au niveau international, a déjà confirmé sa venue. »

Enfin, dernière piste, la concrétisation d’un travail autour d’une identité visuelle modernisée et commune. « Sur une idée de Francis Didier que je défends également depuis un certain nombre d’années, un pantalon commun avec des bandes latérales rappelant les couleurs de nos différentes pratiques va être proposé aux compétiteurs. Ces derniers auront par contre un tee-shirt de leur école, de telle sorte que l’on puisse avoir une identité visuelle commune et spécifique en même temps. »

La force du collectif

Une saison à venir qui s’annonce donc pleine de nouveautés alors que 2021/2022 touche à sa fin, marquée notamment par le développement d’initiatives remarquées, à l’image de celle lancée au sein de la ligue Île-de-France à laquelle a rapidement adhéré François Guerrieri, professeur au sein du Budokan de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne). « Lors du confinement, deux professeurs, Stéphane Fernandez et Gaston Marcotti, ont créé une émission baptisée SMA Live sur Facebook. L’idée ? Fédérer les clubs des AMSEA de la région parisienne autour d’actions communes », explique ce dernier. Une idée pleine de bon sens qui a débouché, cette saison, sur du concret : composé désormais d’une dizaine de clubs, le collectif a organisé plusieurs actions régionales comme des ateliers sparring ou des stages, dont celui animé par Thomas Roussel, entraîneur national, au mois de mai à Fontenay-Sous-Bois (Val-de-Marne). Des rencontres sportives avec un « état d’esprit qui favorise la progression, l’échange entre les clubs et les pratiquants » qui voient d’ailleurs chaque mois de nouveaux clubs s’agréger. Un ancrage solide pour le développement des mois à venir.

Articles relatifs

24 Mar 2022 Nouveau départ pour les AMSEA Découvrir
15 Fév 2022 Examen : une génération d’arbitres 100% AMSEA Découvrir
08 Fév 2022 Open National de Kali Eskrima : se retrouver enfin ! Découvrir
17 Jan 2022 Equipements : de nouvelles mesures pour la compétition ! Découvrir