TQO, c’est demain, préparez-vous !

Partagez cette page

Il y a sept ans, la famille du karaté français se retrouvait à Paris-Bercy pour communier autour de ses meilleurs athlètes. Succès sportif pour les Bleus, les championnats du monde 2012 ont aussi marqué par leur incroyable ambiance. En mai prochain, l’organisation du Tournoi de Qualification Olympique (TQO) dans cette même salle pourrait être un formidable tremplin vers Tokyo.

Etienne Laurent/FFK

25 novembre 2012. Les guitares de “Seven Nations Army” ont laissé place à un vacarme de « po-po-po », une vague sonore déferlant des tribunes et roulant jusqu’aux tatamis. Au milieu de ce Bercy en mode cocotte minute, où 15 000 paires de poumons s’égosillent sur l’air du tube des White Stripes, les combattants français, ivres de joie, célèbrent leur titre mondial par équipes. Logan Da Costa enchaîne les saltos tandis qu’Ibrahim Gary se lance dans une imitation parfaite d’un saumon. Le public assiste à la conclusion en forme d’apothéose d’une compétition où la France a marché sur la concurrence : 13 médailles dont 7 en or. Et si les Bleus ont tant réussi ces championnats du monde à domicile, c’est aussi grâce au soutien d’un Palais Omnisports de Paris-Bercy en fusion tout le week-end. Très ému face à la caméra qui passe, Dominique Charré, le directeur technique national, savoure alors : « Ce sont des moments exceptionnels, il faut en profiter car on ne le revivra sans doute jamais. » Et si, huit ans plus tard, Bercy – devenu entre-temps l’AccorHotels Arena – vibrait à nouveau de la sorte pour du karaté ? L’organisation du Tournoi de Qualification Olympique (TQO), du 8 au 10 mai 2020, a des allures d’occasion parfaite.

Si les quatre premiers athlètes de la ranking mondiale dans chacune des huit catégories olympiques seront directement qualifiés pour Tokyo, il restera six places à distribuer dans chaque catégorie, et de nombreux Français devraient être à la bagarre. Et pour que la salle pousse les tricolores vers les JO 2020, il faudra que le karaté français se mobilise comme il l’avait fait en 2012. À l’époque, partout en France, les ligues, les comités et les clubs s’étaient organisés pour converger vers Paris. « Je m’étais occupé de passer le message à tous les clubs de Normandie, se remémore Bernard Canas, directeur technique du KC Pacéen (Eure) et vice-président de la ligue. « Des courriers, des mails, des relances. Pendant deux mois, j’ai consacré presque trois jours par semaine à mobiliser tout le monde. J’appelais les présidents des clubs, j’en parlais en commission, je passais en remettre une couche lors des compétitions ». Un travail de longue haleine qui a payé puisque la ligue de Normandie avait envoyé dix-neuf bus à l’assaut de Bercy.

Etienne Laurent / FFK

« Notre France 98 à nous »

Aux initiatives lancées par les instances se sont ajoutés nombre de pratiquants, de clubs, de groupes d’amis, qui sont venus petit à petit grossir les rangs des supporters. « Le comité de Loire-Atlantique avait organisé un déplacement mais on avait décidé d’y aller directement entre nous, avec le club », explique Alexandre Lelièvre, directeur technique et professeur au Timing Karaté Club de Guérande. De quoi remplir un minibus et une voiture, puis prendre la direction de la capitale avec un même moteur pour faire avancer le tout : « partager entre amis, entre passionnés de karaté, un grand moment de sport et de fête. On voulait voir les plus grands, ceux dont on lisait les noms dans les magazines comme Aghayev (Rafael). Et soutenir les champions français dans le contexte d’un championnat du monde », s’enthousiasme le professeur.
« Tout le monde était derrière l’équipe de France, embraye Bernard Canas. L’ambiance était déjà géniale dans les bus, mais, sur place, c’était fabuleux. Tout le monde chantait, tout le monde faisait la fête », apprécie-t-il en se refaisant le film du week-end. L’émotion des podiums et des “Marseillaise” reprises par le public est restée gravée dans les souvenirs de ceux qui étaient présents, comme la proximité avec les athlètes, la chasse aux autographes et aux photos. « Ce qui nous a le plus marqué, c’est la finale par équipes des hommes le dimanche. C’était notre France 98 à nous, glisse Alexandre Lelièvre en référence à la bande à Zizou championne du monde de foot à Paris. En sortant de Bercy, on chantait “on est les champions” dans les rues de Paris, c’était magique. Ce week-end là, c’était comme une communion. Toute la famille du karaté français était rassemblée et vibrait à l’unisson. »

Denis Boulanger/FFK

« Le TQO, une occasion en or »

En 2012, l’importance de l’évènement et son caractère quasi inédit en France – seulement les deuxièmes championnats du monde organisés en France après ceux de 1972 – avaient rendu le déplacement incontournable pour les mordus de notre discipline. Et pour 2020 ? « Le TQO va clairement intéresser du monde et on va essayer de s’organiser pour y aller, promet le prof guérandais. On a un lien très fort avec l’olympisme, on a envie d’aider nos athlètes à se qualifier. Voir nos karatékas quelques mois avant les premiers JO de la discipline, c’est une occasion en or. » Aller au TQO ? « Ah oui, oui et re-oui, nous, on ira c’est sûr, tonne même Bernard Canas. Je connais quelques gros clubs avec lesquels on pourrait s’organiser. C’est un événement extrêmement important pour nous. » En 2012, le KC pacéen, qu’il a fondé il y a 43 ans, avait emmené entre près de cent trente licenciés à Bercy. « On avait pris en charge la billetterie, la restauration, le transport… L’idée, c’était que tout soit gratuit pour les élèves, poursuit le dirigeant. Pour moi, le but d’une association, c’est aussi de faire du social. Monter une affaire d’une telle ampleur et savoir qu’il y a des gamins qui ne vont pas pouvoir y aller parce que ça coûte trop cher, moi je ne sais pas faire ». Pour les enfants de son club qu’il chérit tant, il rêve même d’un petit saut jusqu’à Tokyo pour y encourager les Bleus. TQO, c’est parti, c’est demain !

Gaëtan Delafolie / Sen No Sen
Photos : Denis Boulanger et Etienne Laurent/FFKaraté

Articles relatifs

25 Juil 2019 Une saison avec… Au cœur du quotidien des clubs Episode 5 Découvrir
23 Juil 2019 Shizendo Karaté Do Cahors : adaptation et harmonie Découvrir
17 Juil 2019 Valeurs – L’honneur Découvrir
09 Juil 2019 Garrigue Karaté Do : Silence, ça pousse Découvrir