Mondiaux Jeunes jour 2 : Amine Hellal en bronze

Partagez cette page

Les jours se suivent et se ressemblent… Même bilan que la première journée pour le clan français : une médaille de bronze et deux cinquièmes places. « On aurait dû revenir avec trois médailles ce soir. » expliquait le Directeur des Équipes de France, Yann Baillon. Récit de cette seconde journée.

Amine Hellal en bronze ! 

Auteur d’un parcours stoppé en quarts-de-finale par un mawashi geri de l’allemand à la dernière seconde, le protégé d’Olivier Beaudry ramènera – quand même – une médaille à la maison. Le cadet -52kg pourtant lucide sur ses premiers tours a fauté aux portes du carré final. « C’est une prestation qui ouvre la porte à d’autres performances de ce niveau, mais c’est aussi un signal pour Amine. Il doit avoir en tête que tout se joue sur un détail et le détail aujourd’hui, c’est un petit manque de vigilance de sa part en fin de match qui lui coûte une place en finale. » disait Dominique Charré.

Grosse déception pour Tadjer et Meril

Zinedine Tadjer, chez les -57, tout comme Selwynn Meril, en +70, avaient tous les deux atteint les demi-finales. Cruelle désillusion pour le premier alors qu’il menait au score et de surcroît, possédait le senshu. L’attribution d’un point plutôt contestable en faveur de son adversaire le priva de sa première finale mondiale. Pour Selwynn, c’est un manque de prise d’initiative qui l’empêchera non seulement d’atteindre la finale mais aussi de revenir médaillé. « Il a trop attendu, il ne s’est pas lâché comme il aurait dû le faire. À ce niveau-là, ça se paie cash. C’est regrettable parce que c’était à sa portée. » regrettait Alexandre Biamonti.

Des cadettes pas repêchées

Tanina Bali (-47kg) et Margot L’Hyver (-54kg) n’ont pas brillé à Santiago. Vainqueur de son premier tour assez facilement, la sociétaire du Budokan Thiais n’a pas su trouver la solution face à une combattante kazakh toute en longueur qui perd en demi-finale. Cela fut le problème inverse pour la pensionnaire du Samourai 2000 qui n’a pas su imposer ses bras longilignes et sa jambe avant. Toutes les deux n’ont pas pu prétendre aux repêchages.

Assemat perd au second tour

Le longwicien Hugo Assemat aura tout donné et parfois trop. Mené au score, il a tenté d’enchaîner les techniques mais cela n’a pas suffit. Pas de repêchages non plus pour lui.

Texte : Molly Loumikou / Photo : Denis Boulanger

Articles relatifs

14 Nov 2019 47e Coupe d’Europe Wado-Kai : la France 4e nation Découvrir
13 Nov 2019 Paroles de prof : L’art et la manière selon Alexis Fréchin Découvrir
08 Nov 2019 Yann Baillon : “Il va falloir évoluer avec la discipline” Découvrir
07 Nov 2019 Alain Galiana : Un désir de sens peu commun Découvrir