La France 3ème nation mondiale chez les Jeunes

Partagez cette page

Si la France obtient trois médailles supplémentaires samedi, deux d’argent et une de bronze, la dernière journée de compétition aura été la plus fructueuse avec deux titres et deux médailles de bronze qui placent #FranceKaraté à la troisième place du classement mondial.

Denis Boulanger

La première en or pour Niswa Ahmed !
« L’avant Santiago n’a pas été facile pour Niswa. On a fait en sorte de la placer dans la difficulté, tant sur le parcours de sélection que sur la prépa estivale. Elle a su s’accrocher et au vu du parcours qu’elle fait… nous sommes contents pour elle que tout ait « explosé » racontait Yann Baillon. « Elle fait un parcours royal ! ». La protégée de Davy et Lolita Dona a réalisé « un coup de génie » en quarts de finale. Menée d’un point à la moitié du temps règlementaire, avec deux pénalités de catégorie 2 et une adversaire qui en avait trois, Niswa est restée passive malgré les directives d’offensives de son coach, Cécil Boulesnane. Une pénalité pour non-combattivité supplémentaire accordée à toutes les deux provoqua la disqualification de son adversaire. En finale face à la marocaine, la néo-Espoir a été opportuniste et lucide. Une attitude qui lui permet aujourd’hui de rentrer avec un titre mondial.

La preuve par trois pour Gwendoline Philippe.
Trois titres de Championne du Monde dont deux consécutifs en Espoir -61kg, rien que ça… Si la combattante de l’ACSC Karaté vise l’or des Jeux Olympiques, repartir du Chili sans titre n’était même pas envisageable. « Les gens pensent que c’est plus facile de combattre en Espoir qu’en Senior pour le ranking olympique mais loin de là ! ». Preuve en est, menée d’un point en quarts face à la marocaine, c’est en fin de combat qu’elle trouva la solution. Le mawashi chudan qu’elle lança de plein fer qui lui permis de reprendre le dessus du combat. Offensive dès le début de sa finale, Gwendoline a retrouvé ses habitudes et glana sa dernière médaille d’or mondiale chez les jeunes.

Abdesselem et Filali, vice-champions du Monde
Avec un kizami super puissant, Raybak Abdesselem a usé de son allonge pour varier entre le bras avant et sa jambe avant droite. Fort sur ses appuis, le sudiste s’est parfois fait peur mais a réussi à chaque fois à renverser la tendance et faire assoir son titre de champion d’Europe junior comme sur son quart de finale face au turc. En finale, il ne parvient pas à s’exprimer comme voulu et s’incline face au tunisien. Le sociétaire de l’USLM Karaté, Mehdi Filali, a profiter de son envergure pour gêner ses adversaires et notamment le marocain El Bahry. D’abord en jambes, le marseillais a « sorti les poings » pour s’imposer à tous ses tours. Sur sa finale, « il n’a pas été le Mehdi que l’on connaît, surtout face à un adversaire moins fort que lui » estime Dominique Charré. « Tous les deux sont déçus et ils doivent l’être. On sait qu’ils rebondiront et le staff sera là pour les aider. »

Et de trois pour Cizo
« Kilian s’est fait peur à chaque tour ! Il menait puis, sur la fin, il s’est fait remonté à chaque fois. Il a été très solide techniquement mais mentalement, on sait que ça a lâché ou en tout cas, que c’était moins stable. » racontait Yann Baillon. « Malgré tout, il s’est arraché et parvient à gagner cette médaille ! ». Certes ce n’était pas la médaille escomptée mais c’est néanmoins une troisième médaille mondiale d’affilée pour Kilian !

Denis Boulanger

Le bronze pour les Équipes Kata !

En tête de leur poule après un premier passage avec Goju Shiho Sho, Caroline Ngoan, Romane Leitao et Marion Champagne ont sorti Sansai. 0,12 points, c’est ce qui a séparé la France et l’Egypte en demi-finale. Avec 23,94, leurs adversaires les privent d’une première finale mondiale. Revanchardes, elles s’imposent face aux américaines avec Unsu ! L’équipe masculine a – d’entrée – écarté l’Espagne qu’elle redoutait. Avec 25,12 et 24,4 pour les Espagnols au premier passage, Fabien Tran, Haron Weiss et Hugo Poisson ont frappé fort. En demies, c’est encore une fois l’Egypte qui a contraint les Bleus à disputer « seulement » une petite finale. Accompagnés par Franck Bisson pour le bronze, les français ont sorti un Kanku Sho puissant et vif. Ils s’imposent face aux turcs. Une grande satisfaction pour Lucas Jeannot pour qui c’était une première en tant que coach !

Enzo Berthon cinquième.
À la tête ou au corps, le marseillais a sorti toute une panoplie de techniques sur tous ses tours. Lors de sa demi-finale, trois « cannes » n’ont pas été comptabilisées par le corps arbitral, l’empêchant d’atteindre la finale. « Sur sa petite finale, Enzo y est quand même allé. Il est allé marquer, il s’est engagé, on ne peut pas lui reprocher ça. ». Une cruelle désillusion pour l’Espoir -60kg qui repart de Santiago sans médaille.

Une défaite en quarts pour Yanis Lamotte (Espoir -67kg) et Constance Berquet (Espoir -55kg) qui n’ont pas pu atteindre le carré finale et prétendre aux repêchages. Zoulikha Meghiche (Espoir +68kg) s’incline d’entrée malgré ses nombreuses tentatives parfois récompensées seulement d’un drapeau.

La France se classe donc derrière l’Egypte et la Turquie. « C’est de bon augure pour les prochains Europe ! On va repartir sur un cycle de préparation et de sélection pour terminer meilleure nation européenne en février prochain. » annonçait hier Yann Baillon.

Résultats complets

Texte Molly Loumikou / Photos Denis Boulanger

Articles relatifs

14 Nov 2019 47e Coupe d’Europe Wado-Kai : la France 4e nation Découvrir
13 Nov 2019 Paroles de prof : L’art et la manière selon Alexis Fréchin Découvrir
08 Nov 2019 Yann Baillon : “Il va falloir évoluer avec la discipline” Découvrir
07 Nov 2019 Alain Galiana : Un désir de sens peu commun Découvrir