fbpx
04 octobre 2023

Mondiaux de Budapest, la clé des clubs

France Karaté

L’Équipe de France, groupe féminin d’un côté, et masculin de l’autre, a élu domicile dans les clubs de Sarcelles et de Mont Saint-Martin pour quelques jours de stage inédit dans le cadre de la préparation des mondiaux de Budapest. Une première.

L’Équipe de France en mode préparation des championnats du monde, un classique ? Pas vraiment, pas pour ces championnats du monde 2023 en Hongrie en tout cas, comme l’explique Yann Baillon, désormais Directeur Technique National, lequel sera également sur la chaise dans quelques jours. « Nous avons effectivement choisi de solliciter les clubs de Mont Saint-Martin et de l’AASS Karaté Sarcelles dans le cadre de cette préparation. Il s’agissait aussi de mettre en valeur, dans leurs clubs respectifs, nos deux piliers : Steven (Da Costa) chez les garçons et Alizée (Agier) chez les filles. J’ai vraiment demandé à Steven de s’occuper de la mise en place de ce stage, ce qu’il a fait, avec l’idée que son niveau d’exigence contamine le reste du groupe, les fasse tous progresser d’un cran. Nous savons qu’il est fort, qu’il sait préparer les grands rendez-vous, aucun doute là-dessus. Ce que nous attendons de lui désormais, notamment dans le cadre de l’équipe, c’est qu’il fasse grandir les autres, que quelque chose de puissant se crée collectivement, le moyen aussi pour tous de se sentir considérés par sa démarche et qu’ils adhèrent. Entraînements, repas, moments de cohésion, communication… nous l’avons mis en responsabilité et je crois que nous avons rarement fait un aussi bon stage. Pour le groupe féminin, aller à Sarcelles, l’un des plus grands clubs en termes de licenciés et de résultats, était sur la même logique. Alizée, qui a quasiment tout gagné, possède une grande expérience dont doivent profiter les autres athlètes et s’inspirer de son esprit de combattante, qui ne lâche jamais. C’est en tout cas la voie que nous avons choisie avec le staff pour fédérer ce groupe et donner les opportunités, individuellement et collectivement, de passer des caps. »

Changer d’environnement, celui du CREPS de Châtenay-Malabry ou du centre d’entraînement de Montpellier où l’Équipe de France possède ses habitudes et se rapprocher des clubs « qui ont leur responsabilité dans le haut niveau » comme le souligne Yann Baillon, Daniel De Barros, directeur technique de l’AASS Karaté Sarcelles a aussi apprécié la démarche. « Cela doit servir aux athlètes, d’abord. C’est forcément intéressant et un plaisir de recevoir l’Équipe de France et en tant que club, c’est un acte concret de la part la fédération. Nous avons aménagé notre dojo pour recevoir les féminines de l’Équipe de France et les partenaires d’entraînement dans les meilleures conditions, soit une vingtaine d’athlètes. Il y avait une belle intensité sur ces quatre jours, mais aussi ces moments importants pour mieux se connaître. Cela m’a laissé le sentiment d’un groupe qui vit bien et ce regard tourné vers les clubs à travers ce stage constitue une très bonne base sur le plan de la reconnaissance et du relationnel. »

Un autre regard

Sollicité pour accueillir la vingtaine d’athlètes masculins et l’encadrement, et assurer deux entraînements, Michel Da Costa, l’homme clé du club de Mont Saint-Martin, dresse un bilan élogieux de cette petite semaine de stage dans son dojo meurthe-et-mosellan. « C’était d’abord un honneur de les recevoir, pose le père de la fratrie Da Costa. De mon côté, même si j’avais carte blanche de la part de Yann Baillon, j’ai proposé deux séances en tous points identiques à ce que l’on fait quotidiennement au club. Et je crois que ça leur a plu, qu’ils ont même trouvé cela assez exigeant… tant mieux, car ce sont tous des athlètes de haut niveau. Nous nous connaissons évidemment mais pas dans l’intimité de séances difficiles ni de moments de partage. C’était donc l’occasion de se découvrir vraiment et je les ai vraiment tous trouvés très impliqués et surtout très solidaires au cours de ces trois jours, à l’image d’un Enzo Berthon, dispensé d’un entraînement après s’être ouvert l’arcade, mais qui était là de bout en bout en bord de tapis pour encourager ses potes, alors même qu’il ne combattra qu’en individuels aux championnats du monde. Des petites attitudes qui sont significatives d’un état d’esprit. » De quoi les voir d’un nouvel œil aussi lors des prochains mondiaux. « J’y serai évidemment ! Et c’est vrai que depuis ce stage et ces rencontres, au-delà du respect et des bonjours que l’on s’adressait, il existe une sorte de complicité. Dès la Serie A de Larnaca fin septembre, j’ai regardé leurs combats d’un autre œil, avec plus d’intensité, d’attente aussi par rapport à ce qu’ils avaient montré et travaillé dans notre petit dojo. » Une première qui n’aura pas marqué que les combattants et peut-être le petit plus qui fera la différence en terres magyares dans quelques jours.

Partagez cette page
L'info à chaud
Coupe de France zone sud combat/kata (MCJ) – Indiv.
Karaté
Coupe de France zone nord combat/kata
Karaté
Championnat de France para-karaté kata/combat
Karaté
Coupe de France uechi ryu
Uechi Ryu
Championnat de France combat/kata vétérans
Karaté
Coupe de France combat pupilles
Karaté
Championnat de France kali eskrima
AMSEAKali Eskrima
Coupe de France combat pupilles
Karaté
Championnats d’Europe séniors J5 : les résultats
France Karaté
Championnats d’Europe séniors J4 : les résultats
France Karaté

Articles relatifs

26 Mai 2024 Alizée Agier, l’éloge de la constance Découvrir
20 Mai 2024 Championnats d’Europe : mission accomplie Découvrir
20 Mai 2024 Nohan Dudon, tel un aigle impérial Découvrir
12 Mai 2024 Les 4 équipes qualifiées pour les championnats du monde ! Découvrir