fbpx

La capoeira s’échauffe

Partagez cette page

Depuis cinq ans, la Fédération Française de Karaté accueille les clubs de capoeira qui souhaitent s’affilier pour leur permettre de se développer et promouvoir la discipline en France. Avec un championnat et un stage cette saison, tout promet de s’accélérer.

« Cela faisait très longtemps que l’on souhaitait fédérer la capoeira pour mieux l’organiser. Cela va permettre d’être plus crédible et d’aller vers encore plus de crédibilité », pose Wagner Teixeira, alias Mestre Waguinho, professeur et fondateur de l’association Oxossi Capoeira. Sans reconnaissance en France du diplôme d’enseignement de cet art martial, nombreux sont les professeurs qui ont monté leur club, accueilli avec passion et enthousiasme, tout en ayant une faible visibilité sur l’avenir. « Il fallait trouver un moyen de protéger la discipline » ajoute ce Brésilien de trente-huit ans. L’affiliation à la FFK permet désormais l’obtention de grades officiels reconnus par l’article 212-5 du code du sport mais aussi la participation aux compétitions où seront délivrés les titres départementaux, régionaux et nationaux. Une structuration qui ouvre aussi à une reconnaissance officielle par le ministère chargé des sports. « C’est notre assurance pour voir loin, celle pour construire et cette saison va être importante dans notre développement, beaucoup de choses vont se concrétiser. »

Savoir d’où l’on vient pour mieux pratiquer ensemble

Le 13 novembre prochain, se profile d’ailleurs le premier événement fédéral national. « Capoeira Pioneira », tel qu’il a été baptisé, porte bien son nom. Au gymnase parisien Léo Lagrange du XIIe arrondissement de Paris, ce sont six grands Mestres de la discipline qui seront présents : Torneiro, Falcao, Aranha, Carlos, Pica Pau et Breick. « Ce sera pour nous un moment fort, avec l’ambition de rendre hommage aux premiers grands maîtres de la discipline arrivés ici en France , explique Waguinho, qui pratique lui-même depuis vingt-sept ans. Nous retracerons lhistoire de la capoeira dans le cadre d’un échange avec tous les élèves présents et chacun d’entre nous reviendra sur son parcours, de leur arrivée en France, à la singularité de leur pratique, l’état d’esprit de leur enseignement. De quoi tous mieux se connaître avant une partie du stage plus technique bien sûr où nous travaillerons tous ensemble ». Ce stage prévoit ainsi  cent cinquante capoeiristes âgés de douze ans au minimum, avec un accès sur pass sanitaire obligatoire. Une première avant un rendez-vous que beaucoup de passionnés ont déjà coché en rouge sur le calendrier de la saison. La discipline sera en effet également mise à l’honneur lors du championnat fédéral de capoeira le 19 février 2022, toujours à Paris. Sans viser le KO comme dans les compétitions brésiliennes, les combattants seront divisés par catégories de poids et par grade : élève gradé, instructeur, professeur, maître, sur une compétition technique avec de la projection. « Il est même envisagé de créer une sorte de « toutes catégories » pour ceux et celles qui voudront y participer, pour favoriser l’approche universelle ». Un socle que Waguinho souhaite conserver pour les années à venir, avec notamment un stage de pédagogie annuel animé par un ancien mestre de niveau mondial. « L’idéal c’est qu’un championnat international et européen pour la capoeira soient aussi créés. Notre idée est de faire travailler les professeurs français pour accentuer la dynamique et développer la partie sportive. La capoeira va évoluer, nous sommes sur la bonne voie, j’en suis persuadé.»

 

Yanis Hervouet / Sen No Sen

Articles relatifs

11 Fév 2022 Yukinobu Shimabukuro « Karate no shugyo wa issho de aru » Découvrir
27 Jan 2022 Portraits clubs : dans l’arène ! Découvrir
13 Jan 2022 Éric Benhamou « Stages, décentralisation et pratique féminine » Découvrir
10 Nov 2021 Para-karaté : beaucoup d’ambitions pour Dubaï Découvrir