fbpx

France jeunes « Les championnats de la reconstruction »

Partagez cette page

Ce week-end, au Grand Dôme de Villebon, auront lieu les championnats de France jeunes, cadets, juniors et espoirs en combat comme en kata, réunis sur deux jours. Le directeur de la haute performance, Yann Baillon, explique l’importance de ce rendez-vous inhabituellement placé dans le calendrier.

Cela faisait bien des mois que le karaté français était figé, non seulement dans les clubs, mais aussi dans l’organisation des compétitions. Tout était à l’arrêt, à l’exception de l’aventure des Jeux olympiques, qui connaîtra son dénouement dans quelques jours à Tokyo. C’est pourquoi la possibilité d’organiser les championnats de France jeunes est déjà en soi une bonne nouvelle. Bien sûr, il s’agit de tout faire repartir. « Nous avons tenté de faire un état des lieux, explique Yann Baillon. Nous avons appelé les clubs pour savoir, autant que possible, où en étaient les uns et les autres. C’est aléatoire évidemment, on ne connaît pas tous les jeunes, surtout après cette période d’arrêt prolongé. La bonne nouvelle, c’est le nombre d’inscrits. Je crois aussi que nous avons confirmé l’envie de tous en organisant cet événement de référence. Nos interlocuteurs étaient heureux de la nouvelle. On les a rassurés ». L’événement est organisé sur un week-end, les combats samedi, les katas dimanche, des cadets jusqu’aux espoirs, pour éviter l’étalement sur différentes semaines, ce qui aurait posé des problèmes logistiques aux clubs en cette période compliquée. Une occasion supplémentaire de faire de cette reprise une belle fête sportive. Mais c’est d’abord une dynamique qui reprend. « Même si ce ne sera pas l’unique critère, ces championnats sont un passage obligé pour une sélection aux championnats d’Europe de Tampere en août. Bien sûr, ce sera un peu l’inconnu en termes de niveau, mais pour ceux qui ont l’ambition de vivre l’aventure internationale, le premier objectif va être de devenir le meilleur Français ce week-end. Ensuite, on travaillera leur compétitivité dans les stages d’été.»

Refonder l’esprit collectif
Mais au-delà de l’enjeu de la qualification, ces premiers championnats de France des jeunes depuis le début de la pandémie sont aussi, d’un certain point de vue, un acte de résilience globale, comme le suggère Yann Baillon : « nous sommes tous heureux de revoir ce genre d’événements. Et ceux-ci sont ceux de la reconstruction, à double titre. Ce sont les championnats qui ouvrent sur l’après Jeux. On le sait, la bataille pour la sélection a été très exigeante, elle nous a obligés à une concentration exclusive sur les candidats potentiels, ce qui était déjà déstabilisant pour la dynamique générale du karaté français. La pandémie qui est arrivée derrière a tout dévasté. Alors, avec ces championnats, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre. C’est cet esprit qui va animer nos rendez-vous nationaux, à commencer par ce week-end, en croisant les doigts pour que le Covid19 ne soit plus un frein dans le futur. Nous allons travailler à refonder cet esprit collectif qui fait depuis toujours la force du karaté français ».

Emmanuel Charlot / Sen No Sen

Articles relatifs

25 Juil 2021 Gilles Cherdieu : « Un épisode que nous ne devons pas rater » Découvrir
22 Juil 2021 Retour sur la Coupe de France de Wado-Ryu Découvrir
22 Juil 2021 Clubs : le goût de la reprise Découvrir
20 Juil 2021 Francis Didier « Contribuer à construire l’esprit » Découvrir