fbpx

Coupe de France, le bilan

Partagez cette page

L’élite du karaté français était encore dans l’inconnu après deux ans de pandémie au moment d’aborder le week-end passé. Autant dire que la Coupe de France 2021 inédite devait recréer une hiérarchie et offrir aux plus audacieux une perspective de sélection directe pour les Championnats du Monde ! Proposition forte, défi relevé. L’analyse du Directeur des équipes de France, Yann Baillon.

« Nous avons voulu que cette compétition de reprise de notre activité à ce niveau soit décisive en termes de sélection. Cette Coupe de France était la compétition couperet qui devait faire apparaître ceux qui pouvaient faire face dès aujourd’hui à des enjeux forts, ceux qui étaient prêts physiquement et mentalement à relever ce genre de défi. Nous n’avons pas été déçus par la prestation générale. Elle fut d’un très bon niveau, avec une grosse opposition. Personne n’a eu de « boulevard », ce qui est significatif, et les combats étaient très intéressants » pose ainsi d’entrée Yann Baillon au moment de faire le bilan du week-end écoulé.

A-t-il vu ce qu’il attendait ? « On voulait voir la concurrence, la jeunesse, le comportement des combattants plus établis dans cette période de transition. On a eu notre lot de surprises, avec par exemple la défaite au premier tour de Logan Da Costa, ou le non classement des frères Abdesselem. Mais aussi la révélation de ceux qui ont su faire de ce week-end une opportunité. On peut citer Laura Sivert (Club Sauvegarde de Besançon) en or en -61kg, qui a su prendre le titre après lequel elle courait depuis longtemps, mais aussi sa finaliste Jennifer Zameto (CKS en Pays Créçois), tout juste sortie des Championnats Jeunes et partenaire d’entraînement lors du stage terminal au Japon pour les Jeux. Enzo Berthon (Spartan Kombats Sports) vainqueur en -60kg, que l’on attendait à ce niveau et qui confirme, mais aussi son finaliste, Rayyan Meziane (CSM Puteaux), un jeune combattant qui n’a pas vingt ans et qui montre beaucoup de détermination. On a vu la prise de risque et la capacité de sacrifice de Léa Avazeri, descendue de deux catégories pour s’imposer brillamment en -55kg, mais qui a été poussée dans ses retranchements jusqu’au bout en finale par sa camarade de club, de moins de vingt ans elle aussi, Assia Oukhattou. Une démonstration parfaite puisqu’elles parviennent à s’imposer avec leur club (Team FKA) dans la compétition par équipes féminines. »

Les meilleurs le jour J

« Nous avons aussi regardé cette compétition par équipes masculines et féminines avec beaucoup d’intérêt, car les équipes étaient nombreuses et compétitives, et la possibilité de surclasser les juniors la rendait d’autant plus intéressante. Un week-end qui a donc été à la hauteur de nos attentes. Bien sûr, nous sommes dans une phase de transition. Nous allons directement sur des Championnats du Monde après cette Coupe de France, avec l’équipe mixte « jeunes-confirmés » qui se dégage après ce week-end, composée surtout de combattants qui ont montré qu’ils pouvaient être les meilleurs le jour J, et avec lesquels nous avons bien l’intention d’être compétitifs. Il sera toujours temps de faire le point après ce grand rendez-vous international pour entamer un nouveau cycle, qui tiendra évidemment compte des nouvelles têtes qui sont apparues, de ceux qui ont su être à l’heure aux rendez-vous fixés ».

Emmanuel Charlot / Sen No Sen

Articles relatifs

12 Oct 2021 Sélection officielle pour les Championnats du Monde 2021 Découvrir
07 Oct 2021 Stage national jeune : bien démarrer la nouvelle saison ! Découvrir
01 Oct 2021 Coupe de France, les attentes de Yann Baillon Découvrir
29 Sep 2021 Sylvie Lagrange, femme et combattante Découvrir