fbpx

Coupe de France Espoirs 2021 : du karaté avant tout

Partagez cette page

Que fallait-il attendre de cette Coupe de France ? Allait-elle manquer de souffle ou permettre de mettre en lumière ceux et celles qui s’y étaient le mieux préparé ? Grâce, notamment, à l’apport dynamique des juniors aux dents longues, elle valait le détour.

C’était une excellente nouvelle, presque une bonne surprise. Malgré le report des Championnats d’Europe jeunes de février à juin et celui de la motivation de la qualification qui allait avec, cette Coupe de France n’a pas perdu de son impact et a même été remarquable aux yeux des observateurs, dont le directeur de la performance, Yann Baillon, reparti très satisfait de ce qu’il avait vu ce samedi 18 décembre 2021. Une large part de cette réussite tenait à une bonne idée préalable : la possibilité pour les juniors de venir s’étalonner face aux espoirs, et de les « challenger ». « La possibilité du surclassement est une excellente idée qu’il faut continuer à exploiter, explique Franck Bisson, conseiller technique et entraîneur national pour les équipes jeunes. Les espoirs, c’était jusque-là une catégorie un peu intermédiaire, qui manquait parfois d’épaisseur. Avec l’apport des juniors surclassés, on a une vraie catégorie jeunes qui prépare l’avenir, chacun tirant un intérêt de cette confrontation. Le fait que la Coupe ne soit finalement pas qualificative pour les Championnats d’Europe qui ont été repoussés, c’était aussi un mal pour un bien, car cela les a peut-être aidés à aller dans le sens que nous préconisons : produire du karaté et ne pas s’arrêter à une gestion tactique du combat. Sur ce point, c’était une belle réussite. On a eu une compétition engagée, avec beaucoup de points marqués, intéressante et prometteuse en qualité comme en quantité ».

Le show des jumelles Sombe

Du côté des féminines, on retrouvait en or en -50kg la protégée de Nirina Armand Rakotozafiminahy à l’Institut de Gojuryu Kenkyukai de Vanves, la junior Chloé Breuzard, déjà victorieuse du Championnat de France juniors en juillet dernier et troisième de la Coupe de France seniors en mars. Blessée pour la coupe juniors, elle revient très en forme à cette occasion et ne se fait pas oublier dans la catégorie de la très attendue Niswa Ahmed, pas à son meilleur niveau sur cette compétition et battue en demi-finale d’un point par la Bisontine Adji Bineta Gueye. D’entrée de jeu, la jeunesse mettait de l’impact. Elles étaient deux espoirs en revanche en finale en -55kg et c’est Tylla Levacher, de Sarcelles, elle aussi en bronze à la coupe de France seniors, qui sortait devant les autres dans une catégorie forte, en battant Assma Sharif (Puteaux) en finale. Cette dernière se mettait en évidence toute la journée, mais baissait d’un ton en finale. Et c’est la médaillée d’or Tylla Levacher qui donnait les meilleures raisons d’être présente et forte ce jour-là : « Au départ, c’est la compétition qu’il faut gagner parce qu’elle est qualificative… et finalement c’est toujours la compétition qu’il faut gagner pour montrer qu’on est là ! Quand on est devant, titulaire, il faut prouver alors qu’on est attendue par les uns, analysée par les autres. Il y a une obligation : ne pas donner prise, ne pas laisser les autres espérer » analyse la jeune combattante.

Deux espoirs encore en -61kg et encore une surprise, la défaite en finale de Jennifer Zameto du CKS Pays Créçois, peut-être fatiguée par ses sorties et notamment son été à Tokyo comme partenaire. La combattante de Thiais, Emma Marie Elisabeth, avait des choses à prouver après être passée l’année précédente à côté d’une sélection en Équipe de France sur un test-match, et c’est sur l’envie qu’elle l’emportait cette fois.

C’est sur la maturité et le contrôle en revanche, que s’imposait la Championne de France espoirs de l’Amicale Sportive d’Evry Natanaële Flamand en -61kg, dans ce qui aurait pu être, sinon, le grand show des jumelles Sombe. C’est en effet aux drapeaux et après un joli combat à quatre points partout qu’elle repoussait en finale l’explosive Thalya, tout juste arrivée en espoirs avec un titre de Championne de France juniors en juillet, tandis que Trycia allait réussir à l’emporter en +68kg face à la régulière et prometteuse junior de Sarcelles, Coranson Beaudu. Bien que la première soit désormais licenciée au CKS Pays Créçois et la seconde à Thiais, l’un de leurs tout premiers professeurs au Karaté Club Sin Le Noble, dans le Nord près de Douai, Donatien Crepel, n’en perdait pas une miette dans les tribunes : « Elles étaient bien toutes les deux, il manque un rien pour le doublé ! Leur force ? Elles ne lâchent jamais. Je les vois bientôt en Equipe de France en individuels ou en équipes. Elles sont déterminées et fortes, mais surtout elles sont très rigoureuses et savent exactement ce qu’elles ont à faire pour atteindre leurs objectifs ». Sans doute les yeux du cœur… mais l’intérêt que les deux « machines de guerre » inspiraient manifestement aux entraîneurs nationaux présents laissait à penser que Donatien Crepel n’est pas très loin de la vérité.

Younesse Salmi est attendu

Du mouvement et du karaté, il y en eut aussi chez les espoirs masculins ! Titouan Léger se replace devant en -60kg – là où les pronostics voyaient plutôt Jérémy Giraud, Champion de France – en donnant une belle impression de maturité nouvelle. Bien dans sa compétition et disponible en finale, il prenait Rayyan Meziane à son propre piège dans une nouvelle finale entre Thiais et Puteaux. Ce dernier, tout en volonté agressive et en énergie, offrait les contres en voulant dominer l’affrontement, et sortait sur un 0-2. Sans doute une leçon à retenir pour l’avenir.

Younesse Salmi (Gonesse KC) faisait une nouvelle fois le spectacle en -67kg avec son exceptionnelle rapidité de déclenchement. Malgré sa solidité, l’enfant de Sarcelles, Damien De Barros, en finale, ne résistait pas mieux que les autres. Celui que certains imaginent déjà en potentiel concurrent du Champion Olympique Steven Da Costa n’a guère de rival national dans cette catégorie d’âge… mais il en rencontre au niveau international où il ne domine pas encore sa génération. Des ajustements nécessaires à venir, qu’il sera intéressant de suivre.

Gros plateau en -75kg où le vice champion d’Europe juniors 2020 Ryan Gari mettait tout le monde d’accord avec son karaté déjà plein de maturité et d’impact. S’affichant en patron, il sortait en finale par 5-0 le beau parcours du jour, Koplan Hema (SIK Paris), un adversaire sans beaucoup de références, mais rapide, dur au mal et difficile à prendre. Domination sans partage ? L’intéressé en dévoilait les coulisses : « Ça n’a pas été si facile. Je me suis beaucoup entraîné, notamment chez moi, et je suis arrivé avec un petit manque de récupération. J’étais dans le dur sur les deux premiers combats et j’ai eu ensuite une demi-finale vraiment chaude. Mais il ne faut rien montrer. Toujours être solide. La victoire est ce que je recherche de toute façon. Celle-là me permettra peut-être d’obtenir une sélection à l’Open de Paris. On ne sait jamais ! ».

Deux belles finales dans les catégories les plus lourdes avec en -84kg la victoire probante d’Alexandre Martins Nunes (Entente Sportive Saint -Michel Sport) opportuniste et précis contre un « client » redouté, le Marocain de Puteaux, Hamza Sam. En +84kg, on retrouvait en finale le grand gabarit du junior Amir Zouaoui, de Puteaux encore une fois, très en vue depuis le début de la saison et dont tous les observateurs attendent avec intérêt la pleine maturité. Il menait au score avant d’être repris avec la manière par Mattéo Lefebvre (KC Condé sur Escaut), un garçon rarement à si belle fête et pour lequel ce titre, alors qu’il était blessé et en attente d’une opération, pourrait servir de déclic.

Consulter les résultats

Coupe de France Espoirs – Décembre 2021 88 photos
Emmanuel Charlot / Sen No Sen

Articles relatifs

18 Jan 2022 Le Paris Open Karate diffusé en direct ! Découvrir
14 Jan 2022 Steven Da Costa : « Déçu de ne pas pouvoir combattre à la maison » Découvrir
13 Jan 2022 Portraits clubs : dans les starting-blocks pour le Paris Open Découvrir
03 Jan 2022 Jean-François Tisseyre « L’énergie aime la simplicité » Découvrir