fbpx

Championnats de France juniors : le couperet du jour J

Partagez cette page

Comme pour les espoirs en mars, puis les seniors et les cadets en avril, l’heure était au bouquet final de la saison nationale juniors à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine) les 7 et 8 mai derniers. Avec neuf champions de France à l’étoffe de héros, probants vainqueurs de leur catégorie respective pour postuler aux tickets européens pour Prague.

La donne était claire depuis de longs mois de la part de l’encadrement national : à un gros mois des championnats d’Europe jeunes (17-19 juin), être en mesure d’aller au bout de ces championnats de France allait s’avérer déterminant pour pouvoir enfiler le karategi frappé du coq en République Tchèque. « Savoir être présent au bon moment, c’est forcément un attendu à l’heure d’appréhender les compétitions qui comptent comme ces championnats d’Europe, précise Franck Bisson, entraîneur national en charge des jeunes. C’était une répétition générale parfaite pour voir ceux qui étaient en mesure de désacraliser l’événement, pour passer outre l’enjeu et ne pas se focaliser sur le titre et les sélections qui allaient en découler. De ce point de vue, nous avons vraiment senti cette approche chez ceux qui ont gagné, davantage dans la réalité du combat pour une adaptation en temps réel qui leur a permis de briller. »

Meziane et Menacer exactes au rendez-vous

Tout au long du week-end, cette croisée des chemins entre athlètes attendus pour leur régularité et outsiders sans complexe a ainsi accouché de duels à couteaux tirés qui ont enthousiasmé le palais des Sports de Cesson-Sévigné. Au rayon des confirmations, les sacres des Putéoliennes Lina Meziane (-53kg) et Djihane Menacer (-59kg) ont séduit les entraîneurs nationaux, qui n’en attendaient pas moins. « Victorieuse de l’open de France et médaillée de bronze de la coupe de France en -48kg, Lina était attendue dans la catégorie supérieure, poursuit Franck Bisson. Elle a su concrétiser pour terminer devant des adversaires impeccables jusque-là, comme Monica Arzumian (Stade Poitevin), doublée en cadettes par Sydney Yvon mais qui se positionne pour la suite avec ce bronze en juniors ; ou encore la championne de France seniors des -55kg Amel Souidi (KC Réhon), visiblement rattrapée par la pression et éliminée tôt dans la journée. Pareil pour Djihane, que nous suivons depuis les minimes mais qui coinçait jusque-là lors des compétitions sélectives. » Un sort qui a cette fois frappé en +59kg, où Margot L’Hyver (Samouraï 2000) – en or sur la coupe de France juniors, lors des championnats de France espoirs, et finaliste chez les seniors – était dominée en finale par Faith Porquet (Club Sauvegarde de Besançon), médaillée de bronze des derniers championnats d’Europe cadettes mais en petite forme jusque-là. Chez les légères, dans un tableau assez ouvert, c’est Tanina Bali (Club Budokan Thiais), déjà membre du collectif national, qui tirait les marrons du feu, un ton au-dessus de Sasha Vielle, déjà médaillée de bronze en cadettes.

© Denis Boulanger

Le triplé pour Deric

Côté masculin, les quarante-quatre engagés des -68kg ont hissé le niveau d’un cran, avec beaucoup de points marqués jusqu’à l’avènement du « patron » Lenny Deric (SKB Épinay-sous-Sénart), unique auteur du triplé open-coupe-championnats cette année et encore largement à son avantage en Bretagne malgré un tirage au sort peu évident. Davantage de surprises par ailleurs, avec les succès des Sarcellois Kenan Bakas (-55kg) – encore cadet mais déjà finaliste de la coupe de France juniors – et Mathis Chevalier (-61kg), en argent sur l’open et les championnats de France cadets et nouveau venu dans cette catégorie d’âge. « Kenan est un longiligne au profil international, qui a tout simplement été le meilleur sur ces championnats, tandis que Mathias Kerneur (CEK Saint-Nazaire) s’est éteint en finale quand Nawfel Toumi (BKC Brive) n’a pas réussi à évoluer à son niveau. Idem pour Amir Zouaoui (CSM Puteaux) en +76kg, performant toute l’année (finaliste de l’open et vainqueur de la coupe de France juniors, également deuxième de la coupe et des championnats de France espoirs, NDLR) mais ne parvient pas à trouver la solution pour le titre face à Selwynn Meril (Gonesse KC). » Un scenario tout autre a enfin réglé la catégorie des -76kg, qui a vu la victoire finale d’Anas Ghazali (Club Sauvegarde de Besançon), grande surprise de ces championnats de France. Un atypique qui aura marqué cette bascule vers la saison internationale, qui va bousculer les prochaines semaines des vingt-sept jeunes sélectionnés en cadets, juniors et espoirs pour représenter la France à Prague mi-juin. « Si un collectif cadets et espoirs a déjà été rassemblé fin avril, nous allons de nouveau réunir tout le monde ce week-end au CNE de Castelnau, avant un stage terminal prévu un mois plus tard au CREPS de Châtenay-Malabry, juste avant de nous envoler pour la République Tchèque », conclut Franck Bisson. Les championnats d’Europe, c’est plus que jamais maintenant !

Résultats

La compétition en images

Voir la médiathèque
Championnat de France Combats Juniors – Mai 2022 153 photos

Articles relatifs

20 Juil 2022 Arbitrage, porter le regard loin Découvrir
02 Juin 2022 Para-karaté : poursuivre le travail Découvrir
31 Mai 2022 Vétérans : entre habitudes et révélations Découvrir
25 Mai 2022 Seisuke Adaniya « Posture et alignement » Découvrir