Détecter pour performer et unifier

Partagez cette page

Alors que la très dense Youth League d’Umag (Croatie) rassemble, à partir de ce vendredi et pour trois jours, minimes, cadets et juniors de plus de soixante-dix pays, il s’agit d’une étape importante qui clôt une année de détection menée tambour battant par la direction technique nationale auprès des moins de quatorze ans.

ZID Franche-Comté, 20 mars 2019

Tout remonte aux championnats du monde jeunes 2017 de Ténérife (Espagne), desquels l’équipe de France est certes revenue avec deux médailles d’or (Gwendoline Philippe et Léa Avazeri en espoirs), une médaille d’argent (Jessie Da Costa en espoirs) et trois médailles de bronze (Louloa Valsan et Kilian Cizo en juniors, Loïck Tranier en espoirs), mais sans aucune récompense chez les cadets.
« Dans certaines catégories, nous avions même décidé de n’envoyer personne puisque le niveau n’était pas suffisant, précise Franck Bisson, entraîneur national jeunes. De manière générale, tous nos athlètes s’avéraient être de bons techniciens, mais il leur manquait quelque chose au niveau de la maturité, du sens du combat voire même de la roublardise. Leur manque de vécu à l’international se payait cash sur une épreuve couperet comme celle-ci. Pour gagner du temps avec les prochaines générations, nous avons décidé d’investir sur la population des minimes, combattants comme techniciens, dans la projection olympique vers les Jeux de Paris 2024 qui était la nôtre à l’époque. Car plus qu’auparavant, nous nous sommes aperçus que ceux qui brillaient en seniors étaient déjà sur le devant de la scène en jeunes, avec une continuité de performance de plus en plus respectée. » La saison 2017-2018 sera celle de l’édification du projet, avant son lancement grandeur nature à la rentrée dernière.

Ligue Normandie, 29 mai 2019

Treize interventions au plus près des clubs

Afin d’avoir une photographie globale de la pratique compétitive minimes en France, Alexandre Biamonti et Franck Bisson ont ainsi entamé en septembre 2018 un véritable tour de France, les menant dans chaque ligue qui le souhaitait pour un après-midi type identique à chaque étape. Quasiment toutes répondront favorablement à l’appel, pour un entraînement de deux heures, mettant l’accent sur les fondamentaux technico-tactiques, auquel succédait un temps d’échanges avec sportifs, parents et professeurs. Pratique de haut niveau, entraînement, détection, entrée en pôles, hygiène de vie, tous les sujets donnaient matière à discussion.
« Quand on parle de détection, cela signifie observation et orientation, analyse l’entraîneur national jeunes. Ce que l’on a pu faire en conviant à ces treize interventions tous les clubs des territoires concernés par courrier, pour une participation oscillant entre vingt et soixante minimes ou benjamins deuxième année à fort potentiel, accompagnés ou non sur le tapis de leurs professeurs. À tous, nous avons délivré le même message, avec le même vocabulaire, afin que chacun puisse se familiariser avec ce qui se fait dans les pôles et en équipe de France. Nous ne nous sommes pas venus comme des donneurs de leçon, mais bien comme des passeurs d’informations, à l’écoute des problématiques et des spécificités de chaque ligue, ZID ou comité départemental. »

Ligue Bretagne, 22 mai 2019

Partout, l’initiative fut comprise et saluée, comme en témoignent les présidents régionaux Raphaël Ortega et François Fenelon. « Donner ainsi la même chance à tous ses jeunes, c’est particulièrement intéressant pour la dynamique que cela génère, avec des aspirations technico-tactiques bien comprises par nos futurs champions, approuvait l’élu de Nouvelle Aquitaine, rejoint par son homologue normand quant à la pertinence du discours à cette catégorie d’âge. « C’est le moment parfait pour leur inculquer cette façon de faire, et les faire mordre dans le karaté pour du long terme. Nous qui travaillons au quotidien sur l’accession au haut niveau, nous pouvons nous appuyer sur cette visite pour relayer encore plus précisément notre message. »

Des regroupements pour aller plus loin

Dans la foulée de l’Open Adidas, de la coupe de France et de l’Open d’Orléans, épreuves nationales phares des jeunes Français, un regroupement national a permis de passer la vitesse supérieure fin mai en invitant cent dix-neuf combattants parmi les plus performants sur ces trois compétitions. « Déjà, et comme lors des deux regroupements Zone Nord et Zone Sud programmés un peu plus tôt, nous avons pu ressentir avec Alexandre que les esprits avaient été marqués par notre premier passage chez eux, et qu’il y avait du mieux dans l’attitude et l’état d’esprit, se réjouit Franck Bisson. Nous sommes donc allés encore plus loin, en dressant un état des lieux individuel, sous forme de fiches avec des axes de travail sur lesquels les jeunes doivent insister en club. »

© Patrick Urvoy / FFK

« Pour ma part, ils ont insisté sur le travail de distance, la reprise d’appuis et la prise de confiance, précise Sydney Yvon, victorieuse de l’Open Adidas minimes et finaliste de l’Open d’Orléans cadettes avant de prendre le titre national en juin dernier. Leur œil aguerri m’a rassurée et leur discours m’a fait comme un déclic concernant mon karaté, davantage porté sur l’avant aujourd’hui, avec moins d’hésitation dans l’exécution de mes attaques. Je dois aussi ça au fait que, sur ces regroupements, il fallait être encore plus concentrée et vigilante que d’habitude puisque nous faisions face à des adversaires nouveaux. »

Une aubaine pour les professeurs

>Un vrai plus pour la cohésion de groupe selon Marc-Alexis Rouret, passé par l’équipe de France comme athlète avant de devenir professeur au club du Rove (Bouches-du-Rhône). « En connaissant du monde sur les prochaines échéances, ils évolueront avec davantage de sérénité, assure le champion d’Europe cadets 2010. Pour ma part, j’ai beaucoup appris d’Alexandre et Franck, notamment en termes d’attendus envers mes jeunes compétiteurs. Plus que de reproduire ce que j’ai pu vivre en équipe de France ou ce que je propose à mes seniors, j’ai compris qu’il y avait un temps pour tout et qu’il fallait d’abord se concentrer sur un socle technique solide avant de penser stratégie. » De son côté, Fodé Ndao, directeur technique du Club Sauvegarde de Besançon (Doubs), a retenu l’ouverture d’esprit du projet, qui permet de « créer un esprit de famille, avec des valeurs communes, pour offrir une vision du karaté propice à susciter des vocations ».

Ligue Corse, 3 avril 2019

Des formations continues pour diffuser

Pour Karim Boussouira, président et professeur du SKC Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), c’est également par le biais de l’une des sept formations continues – troisième volet du projet – qu’il a pu appréhender les aspirations du staff national. « En tant que professeur, je me dois de me remettre en cause pour toujours proposer le meilleur à mes élèves, pose le 6e dan. Je venais donc chercher des pistes de travail, et j’ai été servi (rires) ! Méthodologie du haut niveau à un an, six mois et trois mois d’une échéance importante, motivation par le discours, ils ont reproduit pour nous ce qu’ils avaient fait faire aux jeunes, en précisant encore un peu plus les choses. Alors pourquoi chercher une méthode lorsque des athlètes de ce niveau nous proposent un chemin tout tracé ? Il n’y a plus qu’à l’appliquer au club, en adoptant les mêmes termes pour permettre d’offrir de la cohérence à ceux qui auront la chance de défendre les couleurs de l’équipe de France. »

© Patrick Urvoy / FFK

Ce qui sera par exemple le cas en Croatie de Safia Lahou, engagée en +47kg. « Ce n’est peut-être qu’un paramètre parmi beaucoup d’autres, mais après avoir compris sur ces regroupements qu’il fallait être autonome et actrice de son parcours, elle est devenue championne de France, souligne Karim. Pour un petit club amateur de banlieue comme le nôtre, ce n’est pas rien ! Cet appui dont nous avons pu bénéficier est juste parfait. » Forte de tous ces enseignements, la DTN réfléchit déjà à réitérer la démarche la saison prochaine, avec davantage de rendez-vous appelés à être fondateurs pour celles et ceux qui iront décrocher les plus belles médailles dans les années à venir.

Toutes les informations sur la Youth League 2019 d’Umag

Ligue Corse 3avril2019
Ligue Bretagne 22 Mai 2019
ZID Franche Comté 20mars2019
Regroupement Zone Sud 2 novembre 2018
ZID Midi Pyrenées 24avril2019
Ligue Normandie 29 Mai2019
Ligue Normandie 29 Mai2019
Ligue Nouvelle Aquitaine 19décembre2018
Ligue Nouvelle Aquitaine 19décembre2018
Ligue Pays De La Loire 6mars2019
Regroupement National Minimes 25mai2019
Ligue Provence 17octobre2018

Détection & Formation des jeunes Découvrir
Haut niveau Découvrir
Antoine Frandeboeuf / Sen No Sen

Articles relatifs

18 Juil 2019 TQO, c’est demain, préparez-vous ! Découvrir
17 Juil 2019 Valeurs – L’honneur Découvrir
09 Juil 2019 Garrigue Karaté Do : Silence, ça pousse Découvrir
04 Juil 2019 Hidetoshi Nakahashi, de Kobe à Bastia Découvrir