fbpx

Les clubs ne lâchent rien !

Partagez cette page

Touchés comme les autres par les mesures sanitaires depuis plus d’un an, de nombreux clubs de la discipline ont pourtant su trouver des solutions, innover, et ainsi proposer une pratique régulière à leurs licenciés, tout en respectant les règles sanitaires. Focus sur trois d’entre eux, symbole d’un karaté combatif.

De l’adaptabilité, Sabrina Ristagno, professeur de l’AS Cannes Karaté, n’en aura pas manqué durant ces derniers mois. Fondatrice du club, cette quatrième dan a proposé à ses licenciés un maximum de cours, y compris lors du reconfinement de la fin d’année dernière. « Nous avons la chance d’avoir une cour en extérieure à côté du dojo. J’avais donc un endroit pour continuer l’activité. Du mois de décembre jusqu’à la réouverture le 19 mai, j’ai maintenu douze séances par semaine, cinq jours sur sept, dont les mercredis et les samedis pour les enfants. » Des pratiquants forcément ravis de pouvoir remettre le karate-gi pour les plus jeunes, avec du cardio-boxe pour les adultes à côté du dojo donc, mais aussi sur la plage ou sur l’île Sainte-Marguerite (une des deux îles de Lérins) lors des vacances scolaires. Une variété de sites de pratique, le climat azuréen, une communication régulière sur Instagram. Résultats ? L’arrivée de dix nouveaux pratiquants depuis le début d’année et des demandes pour la saison prochaine qui font chauffer le téléphone portable de Sabrina Ristagno. « La mairie de Cannes, pour qui le sport est une priorité, s’est montrée très réceptive et réactive à mes demandes et nous met dans les meilleures conditions. Les élèves ont pu ainsi continuer à pratiquer et à ne pas trop perdre leur niveau dans des cadres très agréables. Mais rien ne remplace le contact des pieds nus sur le tatami pour nous, karatékas. Autant donc vous dire que depuis le 19 mai, les enfants sont ravis d’avoir retrouvé le chemin du dojo ! », explique-t-elle, sentant plutôt bien la rentrée à venir : « les enfants ont besoin de se défouler après une année très compliquée. Nous devons communiquer sur cet axe-là : faire du sport, créer du lien social au club, retrouver un cadre… tout cela aide à se construire ».

L’AS Cannes Karaté a maintenu de nombreux cours.

Le KC Chantonnay, formateur de championne

En la Vendée, le Karaté Club de Chantonnay de Christophe Viranaiken prépare activement ses portes ouvertes de la semaine prochaines, réservées aux enfants de quatre à quatorze ans. « Nous n’avons jamais arrêté, avec une pratique en extérieur dès le 15 janvier et des vidéos hebdomadaires de body karaté pour les adultes et de karaté traditionnel pour les enfants qui faisaient en moyenne 1500 vues. Depuis la réouverture du dojo, environ 80% de nos licenciés sont revenus. Mais nous avons décidé, dans un contexte de concurrence vis-à-vis des autres associations sportives de la ville, de préparer la rentrée de septembre dès maintenant avec cet événement.» Alors que les cours se terminent en général fin juin, ce club quarantenaire a décidé de prolonger les séances jusqu’à mi-juillet et même fin juillet pour les compétiteurs. La compétition ? Dans l’ADN dans cette association qui a formé Stéphanie Barré (médaillée de bronze aux championnats d’Europe 2011 en -55kg) et couve désormais la minime Laura Moon Rigeade, sélectionnée pour les championnats de France cadets (11-12 juillet à Villebon) et présélectionnée pour les championnats d’Europe en août à Chypre. « Quand nous avons pris cette nouvelle, je me suis déplacé chez elle pour proposer du travail physique, d’endurance et de fractionné. Une sélection internationale de Laura serait une formidable conclusion pour cette saison si particulière.»

Stimuler le groupe au KC Chantonnay

« À année exceptionnelle, effort exceptionnel »

Retour dans le sud de la France mais, cette fois-ci, du côté de l’Aveyron et du Sakura Karaté Club de Rodez. Alors que la saison touchera à sa fin la semaine prochaine, son président, Florian Depuille a tiré plusieurs enseignements de cette saison quasi-blanche : « d’abord, le choix de garder un lien le plus étroit possible avec nos licenciés, de rester actif et de communiquer sur nos initiatives a porté ses fruits puisque nous avons réussi à recruter de nouveaux enfants ! Ensuite, nous avons décidé d’organiser deux et non plus un passage de grade annuel puisque l’on se retrouvait dans une situation où certains enfants n’avaient pas changé de ceinture depuis deux ans ! Or, cela fait évidemment partie de la motivation. Nous allons d’ailleurs en mettre un en place la semaine prochaine, sur de la technique pure. Enfin, un geste financier pour la saison prochaine nous a paru indispensable. Le bureau directeur a donc décidé d’offrir la cotisation aux futurs licenciés. » L’objectif ? Repasser au-dessus de la barre des deux cents licenciés, l’étiage habituel pour ce club à parité presque parfaite entre enfants et adultes. Une décision impactante au niveau financier mais comme le relève ce deuxième dan : « à année exceptionnelle, effort exceptionnel. »

Retour au dojo à Rodez

Vous avez été particulièrement dynamique durant cette période difficile ? N’hésitez pas à nous faire part de vos retours à communication@ffkarate.fr

Articles relatifs

25 Juil 2021 Gilles Cherdieu : « Un épisode que nous ne devons pas rater » Découvrir
23 Juil 2021 Le Pass Sanitaire dans le sport Découvrir
22 Juil 2021 La WKF lance la campagne #KarateSpirit ! Découvrir
22 Juil 2021 Retour sur la Coupe de France de Wado-Ryu Découvrir