fbpx

« Au Bonheur des Dans », une première qui en appelle d’autres

Partagez cette page

Organisée le 23 avril dernier sur le cours n°3 du stade Pierre de Coubertin, la journée baptisée « Au Bonheur des dans », fut une première particulièrement réussie : deux cent cinquante personnes, six disciplines en démonstration (para-karaté, krav-maga, karaté sport santé, wushu, arts martiaux vietnamiens et body karaté) et deux tables-rondes avec pour thème central la place des femmes au sein des différentes disciplines. Un événement qui aura marqué les présents et a déjà pris date pour 2023. Présentes sur cette journée, quatre pratiquantes livrent leurs impressions sur cette initiative singulière, unanimement perçue comme un moment utile et positif.

Virginie Ballario « D’autres pratiques inspirantes »

Membre de l’équipe de France féminine para-karaté (fauteuil) depuis 2018, la vice championne du monde 2021 et médaillée de bronze européenne 2019 fait le bilan d’une journée dont elle ne soupçonnait pas la portée, y compris pour sa propre pratique.

« J’ai trouvé l’ambiance tout simplement extraordinaire. L’excellente organisation – il n’y a pas eu de temps mort, la qualité des intervenants, la diversité des sujets abordés m’a vraiment bluffée. J’ai été bouleversée par les témoignages d’Emma Oudiou sur les violences sexuelles par exemple. Pouvoir participer aux démonstrations de body karaté, de wushu et de karaté sport santé a été une vraie expérience. Ces disciplines m’étaient étrangères mais, en jouant le jeu, j’ai découvert qu’elles pouvaient m’être utiles dans ma propre pratique ! Avec le karaté sport santé, j’ai par exemple appris des exercices de relaxation pour les trapèzes, alors que body karaté m’a permis d’appréhender autrement le côté cardio et la coordination. Cet événement vraiment eu le mérite de permettre à des disciplines qui ne se fréquentent pas forcément au quotidien de se connaître, de se rencontrer, de discuter… Des échanges que je compte bien prolonger car j’en ai aussi retiré des outils pédagogiques dont je sais qu’ils vont m’être utiles. »

Emmeline Mottet « Valoriser la prévention du capital santé »

L’ancienne championne d’Europe, diplômée de l’Insa Lyon et business developpeur dans le monde de la santé, est également éducatrice sportive au No Kachi Lyon et formatrice fédérale en karaté santé. Intervenante lors de cette journée inédite, elle dresse son bilan.

« Avec Nadia Dumont, nous avions la responsabilité, toute la journée, d’un atelier découverte sur le karaté santé. Notre idée ? Valoriser la prévention du capital santé et lutter contre les idées reçues. Les plus fréquentes ? Il n’est pas possible de pratiquer le karaté lorsqu’on est enceinte, en surpoids, diabétique, etc. L’objectif de nos interventions fut de donc de rappeler l’idée que notre discipline est un outil au service du corps, de ses transformations ou pathologies. Ainsi, pour les femmes enceintes, j’ai expliqué qu’une pratique à intensité moyenne, adaptée et régulière avait des effets bénéfiques. À la fois pour la mère (prévention d’une prise de poids excessif, baisse des douleurs lombaires, etc.) et pour l’enfant (normalisation du poids de naissance). Nous avons essayé de beaucoup transmettre… mais nous avons aussi beaucoup écouté et c’était passionnant. Vraiment, j’ai adoré cette journée très rythmée. J’ai entendu et vu des intervenantes passionnées, engagées. L’espace était idéal : assez grand pour que les gens ne se marchent pas dessus, mais pas immense pour qu’une vraie convivialité se crée. Je retiendrai particulièrement le témoignage de Laurence Fisher qui expliquait comment le karaté permettait de réparer, par un travail sur son corps, à la fois son mental mais aussi son corps après qu’il ait été attaqué, comme dans le cas des viols de guerre pour lequel elle est engagée dans le cadre de Fight for Dignity. »

Vanessa Surget « Sang-froid, adaptation, concentration »

Médecin urgentiste devenue directrice médicale d’un grand groupe d’assurances, cette ceinture noire 1er dan a pu témoigner de l’impact de sa pratique dans sa vie professionnelle.

« J’ai été longtemps médecin au sein du SAMU. Une profession ô combien particulière et pour laquelle le karaté m’a été d’un grand secours. Ce fut le cœur de mon intervention lors de la table ronde “les arts martiaux, un moyen d’épanouissement pour la femme”. Être karatéka m’a apporté du sang-froid, de la concentration, une capacité d’adaptation. Des qualités nécessaires, obligatoires même lorsqu’il faut prendre une décision rapide face à un cas de détresse respiratoire ou cardiaque ! L’un de mes messages fut également de dire que je n’ai jamais eu à connaître de discriminations au sein du karaté, y compris lorsque j’ai débuté alors que le nombre de féminines était moindre que maintenant. Plus globalement, j’ai trouvé que l’initiative de cet événement était excellente. Il y a eu beaucoup de monde pour une première, de l’échange, de l’intérêt, de la richesse en fait. »

Laurence Belrhiti « Vecteur de défense de causes »

Professeur au sein du Budokan 67 (Bas-Rhin) et formatrice nationale body karaté depuis 2012, la dynamique ambassadrice de la discipline était de cette journée pas comme les autres.

« Sollicitée pour faire une démonstration de body karaté, mon idée a été d’en montrer les grands principes : des gestes (coups de poing, de pied, déplacements, etc.), sans affrontement et chorégraphiés en musique. Comme je le répète souvent, le body karaté est une porte d’entrée vers les arts martiaux, accessible à tous, avec des gestes très simples qui permettent de travailler la coordination et le cardio de manière assez ludique. Pour cette journée, nous avons fait une présentation avec la sélection nationale de body karaté en clôture de l’événement. Une journée dont il faut vraiment saluer l’initiative ! Moi qui suis très engagée dans la défense des droits des femmes, j’aimerais que cette opération soit renouvelée, voire même sous forme de rendez-vous plus réguliers. C’est une évidence qui est rappelée : le sport, ce n’est pas seulement transpirer ou devenir champion, c’est aussi un vecteur de défense de causes. »

L'événement en images

Voir la médiathèque
“Au Bonheur des Dans” – Les arts martiaux pour les femmes – Avril 2022 125 photos

Articles relatifs

11 Mai 2022 Championnats de France juniors : le couperet du jour J Découvrir
28 Avr 2022 Stage des experts japonais, le geste juste est précieux  Découvrir
20 Avr 2022 Championnats de France cadets : feu d’artifice à Lormont Découvrir
12 Avr 2022 Championnats de France Combat Seniors 2022 : magnifique reprise ! Découvrir