F. Didier : « L’engagement d’une vie »
FFKDA

F. Didier : « L’engagement d’une vie »

19 décembre 2016 - FFKDA

Reconduit à la présidence de la FFKDA avec 92,3% des voix et une standing ovation des quelque 250 grands électeurs présents dans l’auditorium du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) ce samedi, Francis Didier mettait l’accent sur l’état d’esprit des mois à venir. Un président plus combatif que jamais.

© Denis Boulanger / FFKDA
© Denis Boulanger / FFKDA

Vous avez été réélu pour un cinquième mandat. Pourtant, on imagine qu’il faut toujours convaincre, d’autant que vous aviez trois autres candidatures face à vous…
C’est exactement ça : il faut toujours convaincre. Cette élection était d’ailleurs différentes des précédentes puisque, avec le changement des statuts voté par la précédente Assemblée Générale, l’élection du président avait lieu le matin et celle du Conseil d’Administration l’après-midi*. Nous étions quatre sur la ligne de départ et il fallait donc avoir un programme qui tienne la route, une expérience, connaître les gens et leurs problématiques aussi. Je crois que, depuis 2001, les représentants des clubs font confiance à la direction de la Fédération qu’ils ont pu juger sur des actes et des avancées concrètes.

Vous êtes donc toujours aussi motivé pour faire progresser votre discipline ?
La Fédération, le karaté, le sport mondial ont beaucoup changé depuis le début des années 2000. J’y ai mis toute mon énergie. Vous savez, ma vision de président de cette fédération, c’est l’engagement d’une vie ! Bon, il me faut huit heures de sommeil par nuit (sourire), mais sinon, c’est 365 jours par an et ce depuis de nombreuses années maintenant. C’est un travail à plein temps, et même au-delà. C’est un mode de vie dans lequel on ne peut pas survoler les problèmes. Il faut les comprendre, les régler, avancer.

© Denis Boulanger / FFKDA
© Denis Boulanger / FFKDA
Vous avez conclu votre intervention à la tribune par un sobre « Vous pourrez compter sur moi », et il reste en effet des chantiers importants pour le karaté…
Oui, des JO en passant par la réforme des territoires, le haut niveau, le développement de nos disciplines associées… Nous sommes près de 260 000 licenciés, nous sommes une Fédération importante mais aussi une Fédération plurielle. C’est ce qui fait notre force. Les JO, c’est très bien, c’est un magnifique éclairage pour le karaté mais il ne faut pas avoir que ce seul objectif. Il y a une quantité de clubs qui font du karaté traditionnel, de l’action sociale via le karaté ou de la petite compétition pour les enfants juste pour l’expérience. Cette école de vie au sein des clubs possède autant de valeur que celle du haut niveau. Je l’ai expliqué : il ne faut pas perdre de vue ce point de développement dans notre fédération et bien connaître la machine et les populations qui la composent.

* Le bureau directeur de la FFKDA sera élu le 6 janvier à l’issue du premier Conseil d’Administration de l’année.

Interview : Olivier Remy – Sen No Sen

 

> Résultats de l’Assemblée Générale élective de la FFKDA du 17 décembre 2016

> Découvrez les portraits des membres du Conseil d’Administration de la Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées élus à l’occasion de cette Assemblée Générale élective.