fbpx
© Denis Boulanger

Stage des experts : plaisirs partagés

Partagez cette page

Samedi 18 novembre 2023, 9h du matin. Malgré la pluie et le froid de la fin d’automne, le Dojo de Paris s’emplit de karatékas à l’occasion du stage national des experts japonais. Les cent-soixante participants, près de quarante de plus que l’année dernière, se sont déplacés de toute la France.

Au petit matin, l’atmosphère est calme, et l’heure est à la concentration et à la préparation. Les participants et experts arrivent au compte-goutte, se changent, s’étirent et foulent un par un le tatami rouge de ce Dojo de Paris. L’effervescence monte doucement. Les habitués se reconnaissent, se saluent et discutent autour d’un café avant le début de la première séance. Un premier moment de partage. « C’est la quatrième année que je participe à ce stage, ça commence donc à faire un petit bout de temps. J’y retrouve des gens que je n’avais plus vus depuis longtemps. Ce sont de belles retrouvailles. », s’enthousiasme Stéphane. Le cinquième dan du Yoseikan Budo Club Lyssois, paré de son karategi bleu, est venu de Lys-lez-Lannoy dans le Pas-de-Calais, accompagné d’une dizaine de membres du club. L’objectif ? Prendre ici, ramener et donner à ses élèves « Aujourd’hui, j’ai soixante et un ans. Ça fait plus de quarante ans que je pratique, et j’applique toujours ce que l’on m’a appris enfant : aller voir ce qui se passe ailleurs pour devenir meilleur, être curieux. En tant que professeur, c’est essentiel pour faire progresser mes élèves et leur apporter de nouvelles choses. C’est donc mon rôle de les emmener dans ce genre d’événement, pour y rencontrer ces experts que nous avons beaucoup de chance d’avoir, et pour ouvrir leur karaté. »

Stéphane et Francis
Stéphane et Francis

Des nouvelles de Zenei Oshiro
En attendant le début de la première séance, Seisuke Adaniya, Hiroshi Aosaka, Kenji Nakata ou encore Ryozo Tsukada rient et discutent, en japonais « sincèrement heureux, à chaque fois, de se retrouver-là et de partager ces moments de camaraderie » pose Naoki Omi. « Non seulement je partage mes connaissances avec des élèves qui ont envie d’apprendre mais, en plus, je retrouve mes collègues japonais. C’est un ensemble qui fait de ce stage un moment très agréable. » Des retrouvailles, il y en a aussi entre quelques participants et senseis, comme Céline et Thomas, mère et fils, qui s’empressent de venir prendre des nouvelles de Zenei Oshiro à leur arrivée. « J’ai déjà participé à ce genre de stage il y a sept ans. Et je n’y avais pas participé à nouveau depuis. Mais je suis revenu pour voir un petit peu comment les choses ont évolué, voir les experts et suivre maître Oshiro, car je travaille actuellement sous son enseignement. » assure Thomas, ceinture noire et troisième dan. Venu en famille, il attend plus que de simples cours de cette journée, « Il ne s’agit pas que de technique aujourd’hui. L’idée est d’apprendre, de recevoir, de partager aussi. C’est cela l’essence du karaté. Et le fait de partager ce beau moment avec ma mère, c’est une réelle chance. »

Thomas et Céline

« Un peu impressionnant »
10h, le petit déjeuner est terminé, la séance peut commencer. Le silence s’installe instantanément dans le dojo, alors que les experts saluent leurs élèves du jour. Chacun se place calmement, et commence à reproduire les mouvements. Les karatékas sont de tout âge. À leurs tailles, beaucoup de ceintures noires, mais pas que. Les benjamins du stage, Lola et Charles, deux ceintures vertes du club parisien du Sen’yuu Karaté, respectivement âgés de 15 et 14 ans, se disent quelque peu intimidées, mais prêt à apprendre de tout le monde « J’ai déjà participé à des stages, mais pas avec des experts de ce niveau. Quand notre professeur nous a proposé de venir, nous avons tout de suite accepté » raconte Charles. Lola, quant à elle, était bien décidée à ressortir de ce grand stage avec de nouvelles compétences et de nouveaux savoirs, « Aujourd’hui, nous voulons perfectionner nos techniques et apprendre au maximum. Nous avons un professeur toute l’année bien sûr, qui structure notre progression, mais c’est ici l’occasion d’apprendre différemment. C’est vraiment très enrichissant, un peu impressionnant aussi… »

Denis Boulanger/FFKaraté
Lola et Charles

Un tatami XXL
Après une pause bien méritée, chacun retrouve sa place sur le tatami. Quelques nouveaux participants se greffent à la joyeuse troupe, pile à l’heure pour la photo de groupe en compagnie de Bruno Verfaillie, responsable de la Commission Nationale d’Arbitrage et arbitre mondial, et de Francis Didier, président de la Fédération. L’après-midi s’est déroulée avec autant d’entrain que la matinée. Quand un expert japonais donne cours, les autres se préparent et s’étirent sur le côté. Les participants sont assidus, concentrés, se refusent à montrer des signes de fatigue, même quand on devine qu’elle pointe. Même les plus expérimentés, comme Francis, 7e dan et membre du Karaté Club Val de Cisse, ont encore envie de progresser. « Je pratique les arts martiaux depuis plus de 40 ans. Tout au long de ces années, j’ai eu la chance de participer à de nombreux stages avec des experts dès que j’en avais l’occasion, malgré quelques soucis de santé. Il m’a souvent été demandé pourquoi je continuais à venir… Tout simplement parce que j’ai toujours envie d’apprendre, de piocher à droite et à gauche pour nourrir ce que j’ai déjà acquis dans ma pratique shotokan. Et aujourd’hui, il y a de tous les styles ! C’est une incroyable photo du karaté français que l’on retrouve sur ce tatami XXL. »

Rendez-vous à Castelnau
Alors que le tatami rouge de l’INJ se vide à la fin de la journée, l’écho des échanges et des leçons reste et s’entend jusque dans les vestiaires, et l’heure est au bilan. Ce stage s’est révélé être un beau mélange entre la tradition, la passion du karaté, l’apprentissage et le partage. Les karatékas de tous horizons y ont trouvé inspiration et enseignement, se rappelant chacun de la richesse de la communauté dont ils font partie. Les liens tissés entre participants et senseis, ainsi que l’atmosphère d’apprentissage empreinte de respect, ont fait de cette journée une expérience réussie. Pour vivre à nouveau un stage national des experts japonais, il vous faudra patienter quelques mois. Rendez-vous le 20 avril 2024, au centre national d’entraînement FFK à Castelnau-le-Lez.

Articles relatifs

23 Fév 2024 Un stage 100% féminin avec Alizée Agier Découvrir
30 Jan 2024 Dominique Valéra « Je n’ai jamais quitté le karaté » Découvrir
07 Jan 2024 TFP, une certification pour l’avenir Découvrir
20 Déc 2023 Le concours « Jeunes Arbitres » mis en valeur Découvrir