fbpx
23 janvier 2022

Paris Open Karaté 2022 : Belles rencontres

Actualités

Cette troisième journée a été productive en médailles françaises qui couronnent un Open de Paris 2022 atypique, mais positif, pour avoir permis de belles, et même de grandes finales parfois, mais aussi la rencontre d’une jeune génération tout en promesses avec le public français dans son écrin de Coubertin. Un coup de projecteur, et d’accélérateur, pour l’élite de demain.

Sur les quatorze finales du jour, dix d’entre elles pouvaient échapper à la France, preuve manifeste que cet Open de Paris n’avait pas manqué d’intéresser combattants et techniciens étrangers de qualité, à commencer par la championne d’Europe et double championne du monde en titre des -68kg, l’Azerbaïdjanaise Iryna Zaretska. Sur ces dix titres contestés par nos visiteurs, sept sont revenus à la France.

C’est en kata que nous lâchions le plus de lest, avec la défaite, par trois drapeaux seulement, de Franck Ngoan contre l’ancien médaillé mondial allemand Ilja Smorguner – un défi relevé tout de même – et son échec logique avec ses camarades du Sporting Karaté Elite contre le trio koweitien en kata par équipes masculines. De son côté, Alexandra Feracci réussissait à canaliser l’Allemande Jasmin Juttner, ancienne médaillée mondiale, en finale du kata féminin.

En combat, l’expérience payait pour Nancy Garcia (+68kg) qui emportait pour la première fois l’Open, lors de sa troisième finale, par un joli 8-2 contre la Kosovare Orana Fortesa. Et dans l’affrontement le plus prestigieux du jour entre deux championnes du monde en -68kg, c’est la Française Alizée Agier qui sortait victorieuse de Zaretska, en revenant dans les dernières secondes pour coiffer au poteau la leader mondiale. Une histoire de concentration et d’envie qui donne de la confiance pour la suite et un quatrième titre à Paris pour le présent.

La confiance, et même une forme d’affirmation personnelle, c’est aussi ce que vivait Jessie Da Costa sur cet Open, qui vient confirmer sa belle médaille de bronze mondiale. Après avoir dominé Kenji Grillon en demi-finale, il fallait conclure. Il le faisait avec une précision chirurgicale contre le grand Hongrois Botond Kapdebo en finale des -84kg, battu d’un dernier joli coup de pied à la dernière seconde pour un 9-3 révélateur.

Des conditions idéales pour les jeunes

Les duels franco-français ? C’est Salim Bendiab qui gagnait d’un petit point une bataille acharnée à coups de vérifications vidéo en +84kg contre le convalescent Mehdi Filali et c’est la nouvelle venue en -61kg, Léa Avazeri, qui emportait le duel des meilleures amies face à Laura Sivert d’un petit point en prolongation. Chez les garçons, le tout jeune Ryan Gari, dix-huit ans, qui réglait avec une sorte d’audace tranquille, d’un point placé avec autorité, le sort de son combat contre le dernier titulaire en équipe de France seniors, Kilian Cizo, vingt-et-un ans… qui n’est autre que son frère. Une belle démonstration d’ambition et de moyens, très appréciée par le Directeur de la performance Yann Baillon : « Franchement, je suis content de cet Open. Bien sûr, cela peut être frustrant de ne pas avoir toute l’élite internationale à Paris, mais nous nous focalisons beaucoup sur les jeunes, sur l’état d’esprit, et c’est le genre de circonstances qui permettent justement de se montrer, de prendre des adversaires intéressants et de se battre pour des médailles. Quand je vois sur les podiums des filles comme Thalya Sombe (-68kg) ou Jennifer Zameto (-61kg) alors qu’elles n’ont pas vingt ans, ou comment Tylla Levacher, qui a dix-huit ans, tient la dragée haute à l’Ukrainienne Terliuga en finale, même si elle perd, c’est formidable. C’est un accélérateur de confiance ».

C’est la jeunesse qui aura en effet animé cet Open de Paris et donne du souffle au karaté français dans cette période, pour le plaisir de l’encadrement national, mais aussi, très présent sur ce dimanche, du public qui la découvrait. Niswa Ahmed, vingt ans, en or en -50kg, avait montré la direction, mais aussi Rayan Meziane, dix-neuf ans, très sûr dans son karaté précis et vif, qui emportait le titre en -60kg. Et pour compléter le tableau, le formidable Younesse Salmi, vingt ans, remarquable en finale en -67kg contre le Belge Quentin Mahauden, médaillé européen espoirs et cinquième des championnats du monde seniors… en -75kg. D’abord malmené par un adversaire qui le dépasse d’une tête et qui joue sur la confrontation physique, il laissait passer l’orage pour finir en fanfare, recoller au score et l’emporter par 5-3. Démonstration est faite, un deuxième -67kg d’envergure est en train de s’affirmer en France.

L’année 2022 restera dans l’histoire de l’Open de Paris comme celle où toute une génération amenée à faire les beaux jours du karaté français dans les années à venir aura pour la première fois atteint un podium senior international. Il fallait être là !

Partagez cette page
L'info à chaud
Championnats d’Europe séniors J5 : les résultats
France Karaté
Championnats d’Europe séniors J4 : les résultats
France Karaté
Championnats d’Europe séniors J3 : les résultats
France Karaté
Championnats d’Europe séniors J2 : les résultats
France Karaté
Championnats d’Europe séniors : les résultats
France Karaté
Championnat de France combat juniors – Indiv. et équipes
Karaté
Décès de Roland Hernaez
FFK
Championnat national sanda
Wushu
Subventions PSF 2024
FFK
Championnat de France karaté full contact/light contact
Full contact

Articles relatifs

17 Mai 2024 Officiel Karaté Magazine n°10 Découvrir
15 Mai 2024 AMV, un stage des experts particulièrement inspirant Découvrir
15 Mai 2024 De nouvelles recrues pour le corps arbitral français Découvrir
06 Mai 2024 Dynamiser l’ensemble du territoire Découvrir