Open de Paris J-7 : les clubs convergent vers la capitale

Partagez cette page

L’Open de Paris débute dans une semaine au stade Pierre de Coubertin. Pendant trois jours, les meilleurs karatékas du monde s’affronteront, pour le plus grand bonheur des fans, pour décrocher une qualification pour Tokyo 2020. Et les clubs s’organisent pour être au rendez-vous.

Branle-bas de combat pour une compétition exceptionnelle
J-7 ! L’Open de Paris est l’événement à ne pas manquer et les clubs de la région l’ont bien compris. Philippe Sauvage, directeur du KC Domont y voit une occasion en or pour faire rêver petits et grands : « Ce n’est pas tous les ans que l’on peut assister à une compétition de qualification pour les JO ! Les enfants sont très demandeurs quand on leur explique le caractère exceptionnel de l’Open de cette année. Ils convainquent les parents de les y emmener, qui sont du coup eux aussi curieux d’assister à une telle rencontre. » Alors, tout le monde s’organise pour être de la partie, certains aidés par les collectivités locales. Des clubs comme le KC Domont et Locomotive Camblysien se sont d’ailleurs regroupés pour obtenir un car gratuit, prêté par la mairie de Domont. D’autres, comme l’US Carrières-sur-Seine, prévoient de nombreux accompagnateurs pour encadrer les enfants dans les transports en commun. Pas simple en ce moment, mais la motivation au club est « maximale pour être présent ».

Du haut niveau qui fait rêver
« C’est une incroyable chance pour promouvoir le haut niveau et nos champions. Les jeunes vont pouvoir être au coeur de l’action et avoir les yeux qui brillent en rencontrant les athlètes. On va faire en sorte qu’ils puissent échanger quelques mots et faire des photos avec eux » explique David Rotondi, directeur du club Locomotive Camblysien. Dimitri Deniau, très familier de la compétition puisqu’il y a lui-même décroché l’or en 2006 (en -70kg), fera la route depuis Le Mans avec son club du Samouraï 2000, pour soutenir les Bleus : « Nous sommes de fidèles supporteurs, et en tant qu’ancien de l’équipe de France, je sais l’importance du soutien de la part de toute la communauté quand il y a de tels enjeux. Mais je ne serai pas seulement spectateur, j’aiderai également notre coach Didier Moreau avec les athlètes. » Pour Didier Lorho, directeur de l’US Carrières-sur-Seine, l’Open est aussi une sortie éducative destinée à ouvrir l’horizon des élèves : « C’est important que les jeunes ne se contentent pas que du club ou du département, aller voir des internationaux c’est aussi l’occasion d’apprendre les bons gestes. » Du plaisir, certes, mais aussi un peu de formation en passant, donc !

©Aurélien Morissard/FFK

Un enthousiasme partagé
Le KC Domont a déjà prévu de faire venir ses licenciés sous les couleurs du club, tout en réfléchissant à une mascotte pour fédérer le groupe. Philippe Sauvage espère que l’ambiance révélera de nouvelles ambitions : « On souhaite que cela donne des idées aux jeunes qui hésitent encore à faire de la compétition, qu’ils se lancent dans l’aventure. D’ailleurs, on fera un vrai travail de pédagogie pour que tous, parents et enfants compris, puissent comprendre et profiter au mieux de cet événement » précise-t-il. Les chanceux de Domont et de Chambly seront pour cela guidés par le médaillé européen 2007 des -75kg Cédric Siousaran qui s’assurera du lien avec les athlètes. Les Manceaux, qui seront à fond derrière Leila Heurtault et Dnylson Jacquet notamment, aussi profiteront de la convivialité ambiante : « Quand nous organisons des sorties avec le club, les retours sont excellents. Il y a toujours une forte cohésion de groupe et une superbe émulation. On est tous motivés par la même cause ! » glisse Dimitri Deniau.

De l’investissement pour la bonne cause
Pour le financement de l’excursion, le KC Domont a prévu de longue date de prendre en charge tous les frais liés à cette virée à Coubertin. « Comme nous avons obtenu la gratuité du car, ce n’est pas un gros effort que de financer le reste. De plus, nous avons eu une petite ristourne sur l’achat de nos cinquante tickets. Je considère que c’est la moindre des choses pour féliciter nos élèves de leurs bons résultats et les remercier pour leur investissement à nos côtés » pose Philippe Sauvage. Didier Lorho, stratégique, a fait le choix d’emmener une quinzaine de jeunes dans leur deuxième année de licence minimum et dans les catégories cadets ou benjamins. « Je souhaite que nous restions en petit groupe, c’est bien plus plaisant pour tout le monde et, à partir d’un certain âge, les enfants sont plus à même de comprendre les enjeux de la compétition. » Tous les calculs sont bons pour faire de ce week-end une réussite !

©Aurélien Morissard/FFK
Éléonore Disdero / Sen No Sen

Articles relatifs

18 Fév 2020 Steven Da Costa qualifié pour les Jeux de Tokyo ! Découvrir
11 Fév 2020 Europe Jeunes Karaté 2020 : la France, seconde nation européenne Découvrir
06 Fév 2020 La France, 2ème des Europe Jeunes Karaté 2020 Découvrir
05 Fév 2020 Loin d’être isolés dans la vallée Découvrir