KC du Plateau du Lizon : l’adaptation comme maître-mot

Partagez cette page

Présidé depuis 2016 par Frédéric David, le Karaté Club du Plateau du Lizon, fort de ses 80 licenciés, cultive une image de club dynamique et convivial. Cherchant en permanence à s’adapter afin d’attirer de nouveaux pratiquants au sein d’un territoire rural, l’association peut s’appuyer sur une offre de pratique toujours plus élargie.

Lavans-lès-Saint-Claude et ses 2500 habitants. Située dans le Haut-Jura, la ville possède l’un des tout premiers gymnases chauffés à l’électricité solaire. Construit en 1985, ce dernier accueille, outre les collégiens de la ville, les pratiquants du Karaté Club du Plateau du Lizon (KCPL), créé en 1984. Cent mètres carrés de tatami pour les entraînements et une surface qui double pour les cours « compétition » et les nombreux stages organisés par le club. « La majorité de nos licenciés sont des enfants, pour vingt à vingt-cinq adultes, explique Frédéric David, président du club depuis 2016, et nouveau 1er dan depuis février dernier. La ville fait partie d’une communauté de communes avec un bassin de population d’environ 6000 habitants. Si nous sommes montés jusqu’à 96 licenciés la saison dernière, la ruée vers le football après la victoire des Bleus et le fait que les jeunes aient à partir pour leurs études supérieures expliquent la légère baisse de cette saison. »

Pas de quoi toutefois doucher l’enthousiasme d’un président épaulé d’un quatuor de professeurs bénévoles, dont le fondateur de l’association et président du comité départemental, Raymond Petitjean, 6e dan.


Challenge du Lizon et stages d’experts
Motivé et très investi, Frédéric David et son équipe ont axé la stratégie pour leur club autour de deux axes : perpétuer les manifestations à succès et adapter l’offre afin d’attirer de nouveaux licenciés. Ainsi, sont-ils à l’initiative de l’une des compétitions références de la région : le Challenge du Lizon. « Organisé lors des vacances de la Toussaint, ce tournoi réunit 100 à 120 compétiteurs (kumité et kata), des poussins aux adultes, note celui qui cumule les emplois d’agent immobilier et de directeur d’EHPAD. Ces derniers viennent de la région Rhône-Alpes, de la Bourgogne et même de Suisse. Il est en place de manière régulière depuis six ans. C’est une manifestation qui nous coûte de l’argent. Mais c’est une superbe vitrine afin de faire connaître notre activité auprès de la population et des élus locaux. Cette saison, nous avons mis en place une tombola, dont les bénéfices ont été reversés à une association caritative. Car, selon nous, le karaté est une philosophie qui fait de l’entraide entre les individus une donnée fondamentale de la vie quotidienne. »

De même, le KCPL a mis au cœur de son projet pédagogique l’organisation régulière de stages avec des experts tels Alain Parizet (7e dan) en karaté défense, Pierre Brunet (7e dan) et Jean-Pierre Lavorato (9e dan) en karaté traditionnel. « Nous en organisons quatre à cinq par an, se réjouit le président. Ce sont des moments qui attirent bien au-delà des licenciés du club. »

Miser sur la pluriactivité
Des actions qui oeuvrent à la réussite du club, mais dont personne ne se contente sur le Plateau. « Dynamiser » le KCPL est l’un des mantras du bureau directeur. Pour se faire, et conscient d’avoir à s’adapter à une demande en perpétuelle évolution, le JC Plateau du Lizon a misé sur la pluriactivité. « Aux côtés du karaté traditionnel loisir et du karaté compétition (dont Sébastien Jeannier est le responsable), ont été mis en place il y a peu des créneaux de karaté self-défense (sous la direction d’Alain Jeannier) et, il y a trois ans, du karaté santé pour lequel notre club est labellisé et dont les cours sont dispensés par notre “sensei” Raymond Petitjean. » Deux nouvelles sections dans lesquelles le président croit fermement.

« Nous devons faire mieux en termes de communication pour promouvoir en particulier le karaté défense, confesse-t-il. Nous avons sans doute manqué quelque chose à ce niveau cette saison. Le karaté santé est une vraie opportunité pour recruter de nouveaux licenciés. J’y crois dur comme fer ! » Une activité récente au sein de laquelle Carrol Mention, ceinture bleue de bientôt soixante ans, et son mari ont fait partie des pionniers. « Nous étions boulangers. Lorsque nous avons pris notre retraite, j’ai débuté le karaté, un art martial que je rêvais de pratiquer depuis toute gamine. J’y suis entrée par le karaté santé, c’était vraiment l’idéal ! Nous nous sommes tout de suite sentis faire partie de la famille ? Je suis ensuite passé très vite au karaté traditionnel, car j’aime le combat au final. Nous sommes aussi devenus membres du bureau directeur depuis. »

Écouter les différents protagonistes parler de leur expérience au sein du club, c’est se rendre compte que l’ambiance chaleureuse, bienveillante et familiale revient dans tous les discours. Ainsi, en est-il pour Aurélia Devillers, trente-et-un ans et elle aussi ceinture bleue, arrivée dans la région il y a trois ans. « Je cherchais à rencontrer des gens tout autant qu’à faire une activité sportive, analyse cette designer de lunettes qui, grâce à ses compétences professionnelles, aide le club dans la création de ses supports de communication.

Le club m’a apporté tout cela ! J’aime le karaté pour sa discipline et ses bienfaits physiques. Mais j’ai aussi trouvé des personnes formidables et une excellente ambiance. Quand on organise nos stages, je vois des pratiquants d’autres clubs contents de venir chez nous. Je pense que c’est bon signe. » Un club dont le développement passe, selon le président Frédéric David, encore par plusieurs biais : « Continuer à faire des journées de découverte dans les écoles primaires mais aussi vis-à-vis de nos élus ; contacter les comités d’entreprise du secteur en proposant en priorité le karaté défense ; organiser une journée « portes ouvertes » intergénérationnelle, avec les quatre professeurs du club ». Soit autant de chantiers enthousiasmants pour le club jurassien, où il risque de faire bon pratiquer pendant de très nombreuses années encore.

 

Thomas Rouquette / Sen No Sen
Photos KCPL

Articles relatifs

20 Juin 2019 La Guadeloupe comme maison, le karaté pour vocation Découvrir
19 Juin 2019 J-1 avant l’ouverture de la billetterie pour Tokyo2020 – Tenez-vous prêts Découvrir
17 Juin 2019 Paris de nouveau aux couleurs de l’olympisme ! Découvrir
11 Juin 2019 Patricia Chéreau : “Une sensation unique” Découvrir