Catégorie sélectionnée : Toutes
Monde Wushu « Une équipe motivée » à Kazan !25 septembre 2017
© Denis Boulanger / FFK
Alors que les 14ème championnats du Monde de Wushu démarreront demain, mardi 26 septembre, à Kazan (Russie), l’équipe tricolore, s’est envolée aujourd’hui pour l’est, avec des rêves de médailles en tête. © Denis Boulanger / FFK Composée de 12 athlètes, la délégation tricolore est également constituée de trois entraîneurs, un médecin et une juge nationale, qui se présentera à la formation de juge internationale en amont de la compétition, afin d’espérer y arbitrer. Parmi les athlètes, Alexandra Tekenah, qui sera en lice en Sanda, chez les -60kg, et qui vivra ses premiers championnats du Monde. « Je suis impatiente de rencontrer les meilleurs athlètes mondiaux de ma catégorie. C’est une opportunité exceptionnelle de découvrir le très haut niveau en compétition, de m’évaluer, de progresser et d’échanger avec des athlètes du Monde entier. J’ai participé à l’ensemble des stages nationaux et j’ai réalisé des entraînements personnels avec mon club, mais aussi avec des clubs de ma région. Je suis vraiment motivée et n’attends plus que d’être à Kazan ! » Côté entraîneurs, les avis sont tout aussi positifs. Max Goutfer, qui sera le chef de file de l’équipe à Kazan, confie qu’« il s’agit d’une équipe relativement jeune, avec beaucoup de nouveaux arrivants. Nous sommes très confiants de leur capacité à donner le meilleur d’eux-mêmes au bon moment et de leur capacité à gagner les combats importants. Ils ont un niveau technique très bon, et ils sont vraiment motivés. » Et Vang Moua, coach national, d’ajouter, « Il y a un vrai bon état d’esprit dans l’équipe.…
Les bienfaits du karaté, testés en primaire !22 septembre 2017
Karaté
Vendredi 15 septembre, les acteurs du projet se sont réunis au siège de la FFK, afin d’aborder les derniers réglages avant la mise en place de l’expérimentation. © DR / FFK
Voulue dans le cadre du projet « Sport at School », la mise en place du karaté dans les écoles primaires, sera concrètement actée dans quelques jours, début octobre. En quoi consiste exactement ce projet ? Comment évaluer les bénéfices de la pratique sur les jeunes pratiquants ? Pourquoi avoir choisi les écoles primaires ? Réponses avec Franck Richetti, Coordonnateur Technique National. Vendredi 15 septembre, les acteurs du projet se sont réunis au siège de la FFK, afin d’aborder les derniers réglages avant la mise en place de l’expérimentation. © DR / FFK RAPPEL DU PROJET « Initié par la Fédération Italienne de Karaté, le projet Sport at School a pour but d’évaluer les bienfaits de la pratique du karaté sur les enfants. Il s’agit d’estimer les avantages sur le développement physique mais aussi psychomoteur chez l’enfant scolarisé en primaire. Au départ du projet il a fallu constituer une équipe solide. Pour cela quatre techniciens, qui interviendront dans les écoles, ont été désignés, en les personnes de Mme Joy Klein et MM. Philippe Sauvage, Rodrigue Ringard et Marc Fontorbe. A ensuite été désigné en qualité de coordonnateur de ces derniers, M. David Chereau. William Geoffray sera pour sa part en charge du management et assurera le lien dans le cadre des relations régionales et nationales ministérielles. Enfin, je serai l’intermédiaire avec les Fédérations Nationales engagées dans le projet, afin qui nous puissions mettre en commun nos résultats et retours d’expériences. » LANCEMENT DU KARATE DANS LES ECOLES PRIMAIRES « Début octobre, nous entamerons la phase concrète…
Du travail pour les cadets/juniors21 septembre 2017
haut-niveau
JULIEGRECH
De retour de Tanger, le staff tricolore dresse un bilan mitigé des championnats Méditerranéens qui se tenaient ce week-end. La France remporte 7 médailles : 2 en argent et 5 en bronze. L’Egypte avec un total de 35 médailles (19 titres, 10 en argent et 6 en bronze), surclasse les autres nations inscrites et se positionne devant les karatékas marocains (33 médailles, dont 8 titres) et les Turcs (25 médailles dont 6 titres). « Le niveau de compétition était élevé et nos athlètes, qui pour certains d’entre eux participaient à leur première épreuve internationale, n’ont pas tous répondu présent dans l’engagement. C’est une déception car sur le plan technique ils sont au niveau. Dans ce groupe nous possédons des jeunes avec un fort potentiel, encore faut-il que celui-ci puisse s’exprimer … mais sans agressivité, c’est compliqué de sortir du lot. Nous ne sommes pas pessimistes mais il y a du travail et nous allons dès le week-end prochain remettre le « bleu de chauffe » explique Nadir Benaissa, entraineur national jeune combat. Et Yann Baillon d’ajouter : « J’étais présent pour observer toute la compétition : nos athlètes mais aussi la concurrence. Il est vrai que les Égyptiens, comme à leur habitude chez les jeunes, ont fait une forte impression : matures et agressifs, ils montent clairement sur le tatami pour gagner. Les Égyptiens sont certes très forts mais combattent tous de la même manière. A nous de former nos athlètes afin qu’ils soient plus agressifs et combatifs et qu’ils répondent ainsi…