Catégorie sélectionnée : FFK
Baby Karaté : ils ont leur kit dédié !14 décembre 2017
FFK
Panda en ligne Slider
Les baby pratiquants ont leur mascotte ! Lancé en 2016, le projet à destination des petits karatékas (3-5 ans) a vu le jour en ce début de saison 2017/2018. Les mini-poussins, qui représentent 12000 licenciés fédéraux, possèdent désormais leur propre kit pour se lancer et être accompagnés dans la pratique du karaté. De quoi est-il composé ? Quel est son but ? Explications avec Jonathan Maruani, Conseiller Technique National en charge du projet. Les baby karatékas, un public à valoriser Au sein de la Fédération Française de Karaté, le public enfant concerne les catégories d’âge allant de mini-poussins à benjamins. La première citée représente 12000 licenciés, soit 5% du total de nos adhérents, un public qu’il ne faut donc pas négliger ! Aujourd’hui la Fédération propose, ou a déjà proposé, des outils pour les publics adolescents et adultes, et même à destination des enfants à partir de 6 ans, mais il n’y avait encore rien pour les plus petits. Or nous nous sommes rendus compte qu’il y avait un véritable vivier, qui s’est pérennisé avec le temps et qu’il faut aujourd’hui considérer tout autant que les catégories plus âgées. Les baby karatékas d’aujourd’hui sont la relève de demain ! En ce sens, la Direction Technique Nationale a décidé de créer une mascotte et de leur mettre à disposition un kit avec des outils qui leurs soient propres. Une mascotte pour s’identifier Le projet de la mascotte a été lancé en 2016. L’idée était d’impliquer les licenciés afin qu’ils soient acteurs du choix de leur mascotte…
Adieu Roger Le Gouill8 décembre 2017
FFK
© Denis Boulanger / FFK
© Denis Boulanger / FFK C’est avec une grande émotion que la FFK a appris le décès de M. Roger Le Gouill, survenu mercredi 29 novembre dernier, à l’âge de 85 ans. Figure du karaté tricolore, M. Le Gouill avait participé activement au développement de cet art martial, en occupant plusieurs postes, tant au niveau départemental que national. Président fondateur du Comité Départemental du Val d’Oise de Karaté, Roger Le Gouill fut à sa tête durant 24 années, entre 1972 et 1996. Il avait également été vice-président de la FFK durant 12 ans, et occupé la même fonction au niveau de la Ligue Régionale Ile de France. En 1981 il était élu au Conseil d’Administration de la fédération, poste qu’il avait quitté en 2000. Lui qui dans sa vie professionnelle était cadre aux douanes, avait fait de sa passion pour le karaté le moteur de sa vie. « Il ne se passait pas un week-end sans qu’il ne soit à un événement de karaté, confie l’une de ses filles, il consacrait la plupart de son temps libre pour cette passion. » Roger Le Gouill avait décroché sa ceinture noire 1e dan en 1969, et était devenu expert fédéral en 2008, en obtenant alors son 6e dan. Détenteur du BEES 1er degré, il comptait parmi les premiers professeurs du club de l’A.A.S.S. Karaté Sarcelles (Val d’Oise). Un personnage atypique, comme aime à le qualifier certains, d’une honnêteté sans faille. « C’était un homme de convictions, très droit, et qui enseignait le respect, le dépassement…
La FFK sur le toit de l’Afrique !29 novembre 2017
FFK
© Droits réservés / FFK
Le logo de la Fédération Française de Karaté qui flotte au sommet du Kilimandjaro ? C’était le défi un peu fou, de Romain Lafitte, aujourd’hui karatéka 6ème dan et Directeur Technique Départemental (DTD) de la Loire, qui depuis 2008 s’est découvert une passion pour l’alpinisme. Cette année, c’est le toit de l’Afrique qu’il défiait avec ses compères… Il nous raconte son aventure, et explique les nombreux parallèles entre le karaté et l’alpinisme. © Droits réservés / FFK Rencontre d’un karatéka avec l’alpinisme Ses débuts en alpinisme, Romain Lafitte les doit à l’un de ses amis, Christophe Perrin, qui l’a « initié en 2008, en [l’] emmenant faire [son] premier 4000 mètres, le Dôme des Ecrins ». Si cet univers inconnu est une révélation pour le karatéka, alors 5ème dan, cela s’avère également être « une correction, un retour à la ceinture blanche » confesse-t-il volontiers. « Malgré une condition physique correcte, une habitude des activités physiques, et une préparation spécifique, ce que j’ai vécu m’a rapidement ramené à la notion de débutant. Si l’on dit souvent ‘la montagne ça vous gagne’, pour ma part j’ai bien compris que la ‘montagne elle vous gagne, mais surtout, elle gagne toujours !’ » Froid, intempéries, températures extrêmes, manque d’oxygène… R. Lafitte se heurte à une dure réalité, qui l’amènera à douter. « On y va, on n’y va pas ? » Pas question de lâcher prise « avant même que le combat soit entamé » explique-t-il. S’il sera contraint de redescendre, piégé par un froid engourdissant, cela sera une épreuve difficile. « Tout le long de la…