Catégorie sélectionnée : FFK
Francis Didier reçu à l’ambassade du Japon18 avril 2018
Slider
Le lundi 9 avril dernier, M. Masato Kitera, ambassadeur du Japon en France recevait M. Francis Didier, président de la Fédération Française de Karaté.  A l’initiative de Toshihisa Nagura, secrétaire général de la Fédération Mondiale de Karaté (WKF), cette rencontre a été l’occasion d’aborder Tokyo 2020, et de se projeter sur Paris 2024. © Droits Réservés / FFK Avec les jeux Olympiques de Tokyo 2020 en ligne de mire directe, le président fédéral était reçu, début avril dans le but d’échanger sur divers sujets, et de faire un récapitulatif sur l’organisation du karaté et de tout ce qui l’entoure, pour son entrée à Tokyo. « Cette rencontre était l’occasion de mettre en commun les informations que nous avions chacun de notre côté. Notre premier temps d’échanges a porté sur notre situation vis-à-vis de Tokyo 2020. Nous avons notamment abordé les lieux de présence du karaté, l’état d’avancement de l’organisation, et nous avons échangé sur des animations qui auront lieu sur place. » explique F. Didier. « Nous avons également parlé de Paris 2024, afin de s’inscrire dans la continuité de Tokyo 2020, et nous assurer du soutien de M. Kitera pour la candidature du karaté. L’ambassadeur nous a également mentionné le « japanese time » qui se déroulera de juillet 2018 à février 2019 afin de célébrer le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France. Cette période sera ponctuée d’animations culturelles, sportives etc. De notre côté, nous allons mettre en place une grande démonstration avec des enfants. Cela aura certainement lieu…
La FFK & son président reçoivent la WKF12 avril 2018
FFK
Groupe WKFslide
Elles s’étaient déjà réunies dans la capitale française l’an dernier, les têtes pensantes de la Fédération Mondiale de Karaté (WKF) étaient de nouveau présentes à la Fédération Française de Karaté ces 10 et 11 avril 2018. Deux journées de réunions intenses, avec Tokyo 2020 au cœur des discussions, mais aussi la perspective de Paris 2024, et de la candidature du karaté. © DR / FFK Décryptage avec quatre acteurs essentiels de la WKF, Antonio Espinos, président (1), Gunnar Nordahl, responsable de la Commission du Planning Olympique (2), Toshie Murata, responsable de la compétition du karaté pour Tokyo 2020 (3), et Souleymane Gaye, Vice-président de l’Union des Fédérations Africaines de Karaté (4). De gauche à droite : A. Espinos (1), G. Nordahl (2), T. Murata (3), S. Gaye (4) – © DR / FFK Deux jours de réunions et des sujets variés Avec dix réunions programmées, et vingt-et-un membres présents, le programme était chargé, et les sujets abordés variés.  « Le karaté est passé olympique en 2016, nous avons donc besoin d’avoir désormais plus d’activités et donc de réunions, explique Antonio Espinos. Pour faire des progrès nous avons besoin de nous réunir et d’échanger. On profite de ces moments, où beaucoup de commissions sont présentes, pour aborder une variété de sujets. Il y a des initiatives à prendre, compte tenu des Jeux Olympiques de la Jeunesse (Buenos Aires – 1e au 12 octobre 2018, ndlr.) et de Tokyo 2020, mais ces rencontres sont aussi l’occasion d’aborder et de répondre à des questions…
Karaté : les preuves des bienfaits arrivent !27 mars 2018
Karaté
© DR / FFK
Fin septembre dernier, la Fédération Française de Karaté vous informait de la mise en place du programme « Sport at School » dans 4 écoles primaires françaises. Pour rappel ce programme consiste en la mise en place de cours de karaté auprès de publics de primaires, afin d’évaluer sur un an les bienfaits de la pratique tant au niveau physique que psychique et moteur. En février, après 4 mois de pratique un premier test comparatif a été réalisé. Explications. © DR / FFK Après quatre mois de cours de karaté, à raison de deux fois 45 minutes par semaine, Joy Klein, qui réalise l’expérimentation dans une école de la ville de Bousse (Moselle), nous livre les premiers résultats. Pouvez-vous nous rappeler combien d’élèves font partie de l’expérimentation et de quel niveau scolaire sont-ils ? Joy Klein : J’anime des cours de karaté auprès d’élèves de CE1. Dans la classe qui suit l’expérimentation ils sont 24, avec un pourcentage similaire de filles et de garçons. A savoir qu’une autre classe est évaluée, afin de comparer les résultats, mais celle-ci suit les cours d’EPS habituels, afin de vraiment pouvoir se rendre compte de l’impact de cette discipline sur l’évolution de l’enfant, tant physique que psychique. De premiers tests avaient été réalisés en septembre, au départ de l’expérimentation, et d’autres ont eu lieu en février. Quel bilan tirez-vous pour le moment ? JK : Oui en effet, afin de pouvoir réaliser un suivi et comparer l’évolution, nous avons testé les enfants des deux classes avant le démarrage de l’expérimentation,…