Catégorie sélectionnée : Arbitrage
Examen d’arbitrage, 58% de réussite !11 janvier 2017
article_examen_arbitrage_slider_2017
Cette année, ils sont 79 candidats à s’être présentés à l’examen d’arbitrage national pour espérer décrocher le titre d’Arbitre B Combat. Etabli sur deux sessions, face au nombre important de candidats, cet examen d’arbitrage avait lieu les 10 et 11 décembre lors de la Coupe de France combat Cadets/Juniors, ainsi que les 7 et 8 janvier, à l’occasion de l’Open de France Cadets/Juniors et de la Coupe de France combat/kata Espoirs. © Denis Boulanger / FFKDA Un examen rodé La matinée débutait par la partie théorique. Au programme, un questionnaire de 40 propositions auxquelles il fallait répondre par vrai/faux, ainsi que des questions écrites, ciblées sur des critères bien précis de l’arbitrage. « Après cette partie théorique, les candidats étaient soumis à un briefing puis passaient à la partie pratique, c’est-à-dire l’arbitrage de combats, sous la surveillance d’un examinateur », explique Bruno Verfaillie, responsable de la Commission Nationale d’Arbitrage (CNA). La pratique était découpée en deux temps, « le matin ils étaient observés par un examinateur, et l’après-midi par un autre, afin d’être le plus objectif possible. Il s’avère que cette formule est la bonne puisque nous avons eu 7 candidats pour lesquels les deux examinateurs n’étaient pas d’accord sur la décision finale. Nous avons donc pu les soumettre à un troisième avis dès le dimanche. » Cet examen totalement anonyme permet une équité de jugement. En effet, le responsable de l’arbitrage confie que « personne ne sait où en est tel ou tel candidat avant la remise des notes…
« L’arbitrage doit être homogène sur tout le territoire »25 novembre 2016
Arbitrage
© Denis Boulanger / FFKDA
Dans un souci constant d’amélioration, la Commission Nationale d’Arbitrage (CNA) organisait samedi 19 novembre dernier un stage national d’arbitrage au stade Pierre de Coubertin. Bruno Verfaillie, responsable de la CNA, revient sur les objectifs de cette manifestation et les différents points abordés. © Denis Boulanger / FFKDA A destination des responsables de ligues, ce stage avait pour objectif principal « d’homogénéiser l’arbitrage sur l’ensemble du territoire » confie Bruno Verfaillie, responsable de la Commission Nationale d’Arbitrage. En ce sens, un point sur la saison précédente a été réalisé, « mais il s’agissait aussi de voir les perspectives qui s’offrent à nous, de transmettre les informations par rapport aux éléments que l’on souhaiterait voir apparaître dans les ligues, ainsi que l’organisation de formations plus adaptées à destination des jeunes arbitres de 14 à 18 ans ». Pour ce dernier point, ce sont Denis de Ranieri et David Chereau qui sont en charge du projet. Pour le bon déroulé du stage, Bruno Verfaillie avait demandé aux responsables de ligues en fin de saison dernière de faire un point sur leurs effectifs, mais aussi un compte rendu sur la saison passée. « Ce travail a permis de proposer une analyse et d’animer un débat en fonction des besoins de chacun, en termes de compréhension » commente le responsable d’arbitrage. Ce travail d’analyse, mené par Hugues Micholet, a en outre permis d’obtenir des informations de terrain et « de cibler les forces et faiblesses de chaque ligue et donc de pouvoir leur apporter une…
Portrait d’arbitre : Hugues Micholet16 novembre 2016
Arbitrage
© Denis Boulanger / FFKDA
Aujourd’hui au plus haut niveau de l’arbitrage mondial, Hugues Micholet est un arbitre passionné. Il revient sur son parcours, de ses débuts en karaté à sa vision de l’arbitrage. Portrait. © Denis Boulanger / FFKDA L’interview FFKDA : Pouvez-vous revenir sur votre parcours dans le karaté ? Hugues Micholet : J’ai commencé le karaté en 1967 après qu’un ami m’ait incité à venir le voir. Ça m’avait l’air facile de prime abord, alors j’ai essayé ! Eh bien après le premier cours… je ne pouvais plus marcher ! (rires) A l’époque il fallait avoir 21 ans pour pratiquer le karaté, or je n’en avais que 16 ou 17, mais j’étais grand alors c’était bon. Le karaté enfant n’existait pas, il fallait donc composer avec les Gruss, Valéra, Sauvin ! (rires) Après avoir été plusieurs fois champion départemental, champion d’Ile de France et champion de France, j’ai intégré l’Equipe de France en 1975. Cinq ans plus tard, je devenais champion d’Europe par équipe ! Peu de temps après, en 1983, j’ai mis un terme à ma carrière internationale. C’est à ce moment-là que je me suis tourné vers l’arbitrage, même si je donnais déjà des coups de mains dans la ligue du 94. A l’époque chacun devait être capable de tout faire, il fallait que ça tourne coûte que coûte ! Pour l’anecdote on prenait même des professeurs de club pour nous aider à arbitrer. C’est ainsi que, dès 1983, j’ai rejoint Jean-Claude Duchemin, qui était le président de la ligue 94 à l’époque. Trois ans plus tard…