Wushu : l’alignement des planètes
wushu

Wushu : l’alignement des planètes

8 juin 2018 - Wushu / Arts martiaux Chinois

Le temps d’une journée très constructive, les représentants de la Fédération Internationale de Wushu (IWUF) ont pu rencontrer les acteurs du développement de la discipline en France, soucieux de lui bâtir un avenir pérenne depuis la délégation reçue du Ministère des Sports en 2014.

C’est à la demande de Yu Zaiqing, président de l’IWUF, que son vice président exécutif, Anthony Goh, accompagné de Zhang Qiuping (secrétaire général), Lily Fang (secrétaire administrative), et Alec Pinero (manager communication) ont fait le déplacement en France pour une entrevue organisée vendredi 1er juin au siège de la FFK avec les responsables de la fédération et de la commission nationale de wushu. En matinée, ce fut l’occasion pour le président Francis Didier, le directeur technique national Dominique Charré et le conseiller technique national en charge des disciplines associées Xavier Guichard de resituer précisément le contexte historique de la présence du wushu au sein de la FFK, rappelant que cela répondait avant tout à une demande du Ministère des Sports. « Nous avons essayé de présenter le paysage du wushu français afin que l’IWUF comprenne une situation qui leur semblait jusque-là complexe, présente Dominique Charré. L’idée du Ministère a été d’offrir un véritable nid aux arts martiaux chinois en les confiant, pour un temps, à une fédération forte et structurée, capable d’accompagner la discipline afin qu’elle prenne de l’envergure pour un jour prendre son envol de son côté. » Le Président Francis Didier a en outre expliqué que, pour l’État comme pour les fédérations, la tendance est à la mutualisation des moyens. Une sincérité que n’a pas manqué de saluer Anthony Goh, « conscient qu’il n’existe pas de solution miracle, mais que cette méthode semble efficace pour le meilleur développement du wushu en France en vue d’une autonomie souhaitée ».

Crédit photo : DR/ FFK
Crédit photo : DR/ FFK

L’après-midi, les échanges se sont poursuivis entre l’IWUF et la commission nationale de wushu, représentée pour l’occasion par Max Goutfer (président), Stéphane Molard (trésorier), Xiaofen Fang (conseillère de la direction technique nationale) et Liqin Yang (chargé des relations internationales). « L’opportunité nous a été donnée de préciser nos modes de pratique actuels, la diversité des styles qu’accueille la FFK, et ce qui est mis en œuvre afin de faire grandir le wushu en France tout en préparant l’avenir, expose Max Goutfer. L’IWUF a compris les buts que nous nous sommes fixés depuis l’an passé, dans l’intérêt du wushu et de ses licenciés et dans un objectif commun de fédérer le plus grand nombre, afin de gagner en consistance, du côté des pratiquants comme des gens formés, sur tout le territoire. » Un alignement des planètes qui tombe à pic alors que les quarante représentants de clubs, élus dernièrement dans les différentes ligues, désigneront le 23 juin prochain les quatorze membres du comité de direction du nouveau comité national, amené à poursuivre la politique menée par les membres de l’actuelle commission.

L’IWUF reçue par la ministre des Sports
Profitant de leur présence à Paris, les représentants de l’IWUF avaient sollicité le ministère des Sports pour approfondir encore un peu plus leurs connaissances sur le dossier du wushu français. Laura Flessel y a répondu favorablement ce lundi matin. Au centre de cet échange, la constitution du comité national Wushu au sein de la FFK (élections prévues le 23 juin au siège de la FFK) et un souhait commun de succès pour le développement du wushu avant un nouveau point fixé à la fin de l’olympiade en 2020.