Stage national : Une après-midi d’échange et de partage
Yoseikan Budo

Stage national : Une après-midi d’échange et de partage

17 décembre 2018 - Yoseikan Budo

Le stage national de Yoseikan Budo du dimanche 9 décembre, a réuni près de 60 personnes au Gymnase Léo Lagrange à Paris. Venus de la région parisienne, également de Picardie, Bretagne, Provence, Poitou-Charentes, Champagne, les stagiaires ont bénéficié d’une après-midi d’échanges et de partage sur la richesse technique du Yoseikan Budo.

© Denis Boulanger / FFK
© Denis Boulanger / FFK

Durant 3 heures, les Yoseikan Budoka mais aussi les pratiquants de Karaté et du Nihon Tai jutsu ont profité de l’enseignement du maître Hiroo Mochizuki, 10e dan et de ses deux fils, Kyoshi et Mitchi tous deux 5e dan, ici pour échanger sur leur expertise et leur savoir-faire.

C’est dans une ambiance familiale que Mitchi Mochizuki a débuté et dirigé l’échauffement. Tout au long du stage, il démontra des fondamentaux de l’utilisation du corps pour exploiter pleinement les techniques de clés « Yoseikan Aiki ».

En un second temps, Kyoshi Mochizuki a enfilé ses gants et pris le relais pour travailler sur le timing et l’utilisation de poids en percussion puis en projections liés avec soumission au sol.

Hiroo Mochizuki a conclu ce stage avec une exposition magistrale de l’optimisation de la puissance en revenant sur le travail précédent et en exécutant des exercices d’ondulation du corps afin développer ses propres sensations.

Les prochains rendez-vous Yoseikan Budo seront le 13 et 20 janvier pour les séminaires des enseignants zone nord (Méru) et sud (Castelnau-le-Lez).

Galerie photo

Rencontre avec…

Philippe Bony, professeur de Yoseikan Budo au Club Le Lion des neiges à Saint-Mandé (94) et habitué des rendez-vous du Yoseikan Budo partage son ressenti à l’issue du stage.

« Ces stages sont le lieu idéal pour récupérer tout un tas d’informations, et de suivre les évolutions perpétuelles de la discipline. Ces stages sont toujours très conviviaux, avec une ambiance familiale insufflée par les Mochizuki. Il est essentiel pour moi d’y assister car c’est l’occasion parfaite d’observer, apprendre les nouveautés et de connaître l’avenir de notre discipline. Le Yoseikan Budo est un art martial vivant où les modifications et évolutions sont constantes. C’est intéressant de voir les différentes techniques et de partager entre professeurs. Ces stages permettent une uniformisation dans l’enseignement de la discipline, notamment sur les derniers éléments liés à la réglementation.

Je participe régulièrement à ces stages avec mes élèves du club Le Lion des neiges. Pour ce stage, nous étions 10. Une synergie et une dynamique se créent au niveau du club par le biais de ces regroupements. Les cours durent habituellement deux heures, l’avantage ici c’est que nous pouvons pratiquer toute une après-midi. Les participants sont immergés dans l’esprit du Yoseikan Budo et partagent avec d’autres élèves de différences provenances. Travailler avec d’autres binômes est le moyen de s’ouvrir aux autres. 

Quand on est en train d’enseigner, nous avons moins de temps pour nous. Le fait de pouvoir repasser en situation d’élèves permet de travailler certaines techniques que nous n’avons pas forcement l’habitude de faire. Il est vrai que chaque enseignant a sa technique d’entraînement et son style. Ces rassemblements permettent de découvrir un nouvel apprentissage de la discipline : c’est très enrichissant. »