Rabat – Se préparer avant Novi Sad
Haut Niveau

Rabat – Se préparer avant Novi Sad

5 avril 2018 - Haut Niveau / Karaté

Rabat sera la ville hôte à partir de ce vendredi 6 avril de la quatrième étape du circuit « Karate 1 – Premier league » pour cette année 2018. A 1 mois et demi des championnats d’Europe à Novi Sad (Serbie – 10 au 13 mai), de nombreuses nations européennes sont inscrites à ce tournoi au Maroc.

Suivre la compétition : Twitter FFK / Facebook France Karate / Instagram France Karate
Tirage au sort : Sportdata

Cédric Lambert - WKF
Cédric Lambert – WKF

Le Directeur Technique National, Dominique Charré, fait le point sur la première partie de saison et évoque les prochaines échéances nationales et internationales.

L’interview de Dominique Charré (DTN)

Depuis septembre 2017, le haut-niveau a connu plusieurs changements notables. Quelle analyse faites-vous de ces premiers mois de fonctionnement ?

Tout a démarré en réalité avant l’été 2017, lorsque nous avons fait le choix avec le staff, de rapatrier tous nos meilleurs éléments sur un pôle unique, au CREPS de Châtenay-Malabry. Après 7 mois de fonctionnement dans cette formule, nous sommes satisfaits de pouvoir suivre ces karatékas au quotidien et de noter leurs progrès permanents, notamment à travers les compétitions internationales qui sont les principaux marqueurs de la performance. Aujourd’hui au niveau du ranking de la Fédération Mondiale de Karaté (WKF – Voir le ranking actualisé au 1er avril), nous avons au minimum un combattant du Pôle France – Karate 2020 qui figure parmi les huit premiers. Nous sommes en plein dans le concept olympique car les finalistes aux JO sont ceux qui terminent dans les huit meilleurs. Si vous observez toutes les catégories individuelles à l’exception des -60kg, nous disposons donc d’un finaliste dans chaque catégorie. C’est une très grande satisfaction mais pas un aboutissement.

Aucun technicien ne figure par contre dans ce classement actuellement, comment l’expliquez-vous ?

En kata, nous avons deux jeunes arrivants avec Alexandra Feracci et Enzo Montarello. La première, si elle a déjà disputé un championnat du Monde (2016 – Linz), n’a pas souvent été alignée dans les grandes compétitions internationales seniors avec l’équipe de France. Enzo Montarello, qui a remporté de nombreux titres chez les jeunes (champion d’Europe cadet et junior, vice-champion du Monde junior) est en pleine prise de marque chez les seniors et c’est un travail qui prend du temps. Les deux progressent au fil des sorties internationales et il est intéressant de voir les places qu’ils grappillent à force de drapeaux gagnés et de tours remportés.

L’Open Paris Karaté a marqué le lancement de compétitions internationales régulières avec des enjeux de classement et de points. Qu’est-ce que cela change ?

Ces épreuves régulières qui existaient déjà par le passé, revêtent aujourd’hui une importance plus grande puisqu’elles permettent de prétendre aux Jeux Olympiques avec des points à l’arrivée. L’équipe de France doit ainsi sortir de manière quasi systématique sur ces compétitions pour engranger des points. Ce nouveau rythme peut cependant nous jouer des tours. Alizée Agier qui gagne les deux Premier League de l’année (Paris en janvier puis Dubaï en février) aurait pu être absente à Rotterdam sur la troisième épreuve (défaite au premier tour). Elle avait pris ses points … un peu de repos, tant physique que mental n’aurait peut-être pas été de trop. Nous aurions donc pu faire l’impasse sur Rotterdam. Ce sont des arbitrages que nous devrons mettre en place lorsque les points compteront réellement pour la « Standing » dès le 2 juillet.

Denis Boulanger - FFK
Denis Boulanger – FFK

Comment gérez-vous la densité de ce calendrier alors que se profile à l’horizon les championnats d’Europe (10 au 13 mai 2018) ?

Les compétitions internationales qui comptent sont très nombreuses avec 7 « Premier League » au programme cette année. Nous allons aborder la quatrième ce week-end avec Rabat puis d’un point de vue international nous nous tournerons ensuite vers le championnat d’Europe qui aura lieu à Novi Sad. Ce championnat continental en Serbie ne donnera d’ailleurs pas plus de points qu’une Premier League  (coefficient 6 pour les deux événements). Ce championnat d’Europe est une épreuve importante. C’est un titre très envié. Tous nos grands champions ont une fois ou l’autre été champion d’Europe. C’est dans l’ADN du karaté français que d’avoir des champions continentaux et mondiaux.

Avez-vous déterminé les athlètes qui seront sélectionnés avec l’Equipe de France sur cet Euro ?

J’avais demandé aux entraîneurs de me faire un projet de sélection après l’Open de Rotterdam. En tenant compte des épreuves internationales de cette saison et des derniers grands championnats, ils m’ont proposé une sélection que je dois valider. Cependant, nous sommes dans une discipline de combat et avec les échéances qui arrivent (l’Open de Rabat et les championnats de France kata et combat seniors) nous pouvons être amenés à modifier celle sélection pour une blessure, une indisponibilité … Elle sera annoncée le mardi 17 avril à l’issue des championnats de France combats. Mais en réalité nous ne sommes plus à ce stade en période de sélection mais plutôt dans une démarche d’affinage puisque ceux que l’on va sélectionner nous les connaissons et nous allons donc peaufiner les derniers réglages avec eux.

Les athlètes qui seront sélectionnés en individuel aux championnats d’Europe ne seront pas alignés en équipe. Pourquoi ?

Historiquement la France est toujours présente dans les épreuves par équipe et elle le sera toujours. Chez les masculins, nous restons d’ailleurs sur trois finales consécutives, dont une remportée en 2016 à Montpellier. Nombre des sélectionnés en individuel voudraient participer aux épreuves par équipe mais c’est un sujet difficile puisque nous sommes quasiment contraints avec le rythme des qualifications olympiques qui nous est imposé, de protéger les sportifs. Toutes disciplines confondues et lors de chaque olympiade, il y a 25% des sportifs qui veulent aller aux Jeux, qui louperont leur sélection car ils auront été blessés ou mal rééduqués. Doubler les compétitions en individuel et en équipe, même si je sais que c’est dans notre ADN, c’est prendre un risque et ce risque je ne veux pas prendre. Nous allons donc différencier lors des championnats d’Europe et championnats du Monde les athlètes qui feront la compétition en individuel et ceux qui tireront en équipe.

Quid des championnats de France dans ce calendrier international chargé ?

Le championnat de France offre le titre national qui peut déboucher pour certains sur une exposition plus forte à différents points de vue. Un titre ou un podium national c’est aussi et souvent la première ligne significative que l’on ajoute à son palmarès avant d’envisager d’aller plus haut, de gravir les échelons. Il y a quelques années, le championnat de France permettait de sélectionner l’athlète qui partait représenter la France sur des épreuves continentales ou mondiales. Cependant, depuis mon départ en 2013, j’observe que les sélections ont toujours été annoncées avant les « France ». Cette année, la densité des compétitions sur ce mois d’avril qui précède les « Europe » est importante avec l’Open de Rabat – Premier League qui se déroule en même temps que les « France » Kata, et une semaine avant les Championnats de France Combat. La semaine suivante nous aurons une compétition préparatoire à Cacav en Serbie pour poursuivre notre affûtage en vue des Europe. Dans ce cas particulier et avec ce calendrier assez démentiel, je pense que certains athlètes qui sont engagés à Rabat, puis en Serbie feront l’impasse sur le championnat de France combat car il faut aussi reposer les organismes.

Un dernier mot avant d’aborder cette période des championnats de France ?

Un titre de champion de France ça ne se galvaude pas. C’est important pour un jeune sportif de gagner ce titre national et nous aurons la chance d’assister à de belles oppositions à Lille puis à Reims, en kata comme en combat, avec des jeunes médaillés internationaux qui auront l’envie de faire bouger les lignes. Nous avons un excellent vivier de karatékas et les championnats de France  vont le prouver.

Equipe de France de Karaté

16 karatékas composeront le groupe France lors de cet Open de Rabat avec notamment le retour de blessure de Marvin Garin par rapport à Rotterdam. Enzo Montarello (championnats de France Kata), Steven Da Costa et Alizée Agier (championnats de France Combat), mais aussi Anne-Laure Florentin (K.O à Rotterdam) sont absents de ce groupe. A noter le retour dans le groupe France de Salim Bendiab (Combat +84kg) et l’entrée dans une « perspective d’avenir » de Kajith Kanagasingam (Combat -60kg), qui sera coaché par Nadir Benaissa.

Sélection féminine
Alexandra RECCHIA (Combat -50kg) / Emily THOUY (Combat -55kg) / Lucie IGNACE (Combat -61kg) / Gwendoline PHILIPPE (Combat -61kg) /  Léa AVAZERI (Combat -68kg) / Nancy GARCIA (Combat +68kg) / Alexandra FERACCI (Kata Individuel)

Sélection masculine
Kajith KANAGASINGAM (Combat -60kg) / Marvin GARIN (Combat -67kg) / Logan DA COSTA (Combat -75kg) / Maxime RELIFOX (Combat -75kg) / Corentin SEGUY (Combat -75kg) / Jessie DA COSTA (Combat -84kg) / Kenji GRILLON (Combat -84kg) / Mehdi FILALI (Combat +84kg) / Salim BENDIAB (Combat +84kg)

Le collectif France sera encadré lors de cette compétition par : Yann Baillon (Directeur des équipes de France), Ludovic Cacheux (Entraineur National), Olivier Beaudry (Entraineur National) Ayoub Neghliz (Entraineur National) et Nadir Benaissa (Entraineur National).

Les français engagés avec leur club

Femmes : Sophia BOUDERBANE (Combat -50kg / Spartan Kombats Sports), Aurore BOURCOIS (Combat -50kg / CSLGMA), Sirine LOUNES (Combat -50kg / KC Combs-la-Ville), Louloa VALSAN (Combat -50kg / ACS Cormeillai), Sabrina OUIHADDADENE (Combat -55kg / ACS Cormeillai), Charline SEGUY (Combat -55kg / Spartan Kombats Sports), Leïla HEURTAULT (Combat -61kg / Samourai 2000 Le Mans), Laura SIVERT (combat -61kg / Sauvegarde Besançon), Sofia KLOUCHA (Combat +68kg / Sauvegarde Besançon), Aurore PILLANT (Combat +68kg / ACS Cormeillai)

Hommes : Johan LOPES (Combat -60kg / CSA Hauts de Rueil), Julien CAFFARO (Combat -75kg / SPN Vernon), Amin BOUAZZA (Combat -84kg / AAS Sarcelles), Mehdy CECINA (Combat -84kg / SPN Vernon), Faadel BOUSSAG (Combat +84kg / Shugyo Dojo Stephanois), Dnylson JACQUET (Combat +84kg / Samourai 2000) et Ilyes KLOUZ (Combat +84kg / CSM Puteaux)

Programme (Heure de Paris)

Consultez les horaires sur Sportdata

  • Vendredi 6 avril 2018
    De 11h00 à 20h45 – Éliminatoires et repêchages

Kata Femme Individuel
Kata Homme Equipe
Combat Homme -60kg
Combat Femme -50kg
Combat Homme -67kg
Combat Femme -55kg
Combat Homme -75kg

  • Samedi 7 avril 2018
    De 11h00 à 20h30 – Éliminatoires et repêchages

Kata Homme Individuel
Kata Femme Equipe
Combat Femme -61kg
Combat Homme -84kg
Combat Femme -68kg
Combat Homme +84kg
Combat Femme +68kg

  • Dimanche 8 avril 2018
    De 11h00 à 17h30 Finales et combats pour le bronze

De 11h00 à 15h00 / Combats pour le bronze (toutes les catégories)
De 15h30 à 17h30 / Finales (toutes les catégories)

Les finales de la compétition seront retransmises en direct et en exclusivité sur SFR Sport 5, de 15h30 à 17h30 le dimanche 8 avril. 

Evénements internationaux à venir

  • Championnats Internationaux majeurs

Championnats d’Europe Seniors – 10 au 13 mai 2018 (Novi Sad – Serbie)
Jeux Méditerranéens – 23 et 24 juin 2018 (Tarragone – Espagne)
Championnats du Monde Universitaires FISU – 19 au 22 juillet 2018 (Kobe – Japon)
Jeux Olympiques de la Jeunesse – 17 et 18 octobre 2018 (Buenos-Aires – Argentine)
Championnats du Monde Seniors – 6 au 11 novembre 2018 (Madrid – Espagne)

  • Karate 1 – Premier League

Open d’Istanbul (Turquie) – 8 au 10 juin 2018
Open de Berlin (Allemagne) – 14 au 16 septembre 2018
Open de Tokyo (Japon) – 12 au 14 octobre 2018