Quand karaté rime avec santé !
Formations

Quand karaté rime avec santé !

18 mai 2016 - FFK / Formations / Karaté pour tous

Pour renforcer la participation de la FFKDA dans la politique publique « sport et santé » et proposer une approche du karaté à destination de nouveaux pratiquants, la Direction Technique Nationale (DTN) a mis en place des séquences de formations nationales continues en direction des enseignants.

Corinne Navarro, Directrice Technique Nationale explique que « cette première initiative s’inscrit dans la démarche générale de labellisation des clubs, qui tend à renforcer l’aspect éducatif des disciplines qu’elle fédère et les rendre accessibles à tous. Pour cette raison, le label « Pratique pour tous » sera décerné dès la saison prochaine aux clubs qui œuvrent en ce sens, qui font déjà preuve de savoir-faire dans l’accueil de publics spécifiques et dont les enseignants entameront des formations appropriées.

Le label est donc une reconnaissance officielle attribuée à un club par la direction technique selon des critères d’accueil, d’éducation et d’insertion établis. Il améliore la lisibilité, souhaitée par le ministère chargé des sports, sur les capacités d’accueil des publics spécifiques par les clubs.

Le karaté est une discipline très riche et des expériences nationales en montrent les effets sur la santé. Il convient de faire profiter un maximum d’enseignants de ces expériences pour généraliser les bonnes pratiques, ce pourquoi l’axe « santé » est le premier à faire l’objet de formations. Il conviendra ensuite d’élargir le dispositif aux autres disciplines en fonction des formateurs potentiels et initiatives recensées sur le territoire, mais aussi de développer les formations à l’accueil de tous les publics spécifiques ».

Dans ce contexte, la première session, organisée en mars et avril derniers, pilotée par Franck RICHETTI, Conseiller Technique National, a réuni une quinzaine de participants au Centre National d’Entraînement à Castelnau-le-Lez, autour des formateurs Jean Marc DESCOTES (Directeur Général CAMI, Directeur pédagogique du D.U. sport et cancer, 5ème dan FFKDA, enseignant karaté, membre de la commission Santé CNOSF) et Christian CANBANTOUS (6ème dan, Enseignant karaté, Educateur médico-sportif).

© DR
© DR

Interview avec Franck Richetti (CTN)

FFKDA : La formation Karaté Santé est-elle applicable à tous les âges ?

Franck Richetti : « Oui, en effet. Cette formation permet de s’interroger sur son enseignement pour accompagner les pratiquants dans leur pratique du karaté. L’essentiel est de sécuriser le mouvement par la connaissance accrue du corps et des mécanismes tels que les jeux articulaires ou encore le travail musculaire, afin de respecter l’intégrité physique du pratiquant. Ce savoir-faire s’applique aussi bien à de jeunes pratiquants, qu’à des karatékas plus âgés, dans une perspective de pratique harmonieuse et respectueuse du corps. »

FFKDA : Comment s’est déroulée cette première formation ?

F.R. : « La formation « Karaté Santé » s’est déroulée sur deux sessions. Tout d’abord, du 11 au 13 mars dernier. J’ai replacé cette démarche dans le contexte des enjeux de santé publique. Puis Jean Marc DESCOTES et Christian CABANTOUS ont pris en main la formation et sont intervenus auprès des 15 participants avec différents thèmes comme le rôle de l’enseignant, l’accueil d’un pratiquant en fonction de son passif médical, une approche biomécanique des techniques de karaté pour développer les conditions d’une pratique efficace et sûre. La formation était équilibrée entre alternance de théories et pratique pour faire émerger les différents points et placer correctement son corps dans l’exécution d’un mouvement. Cette formation de deux fois 3 jours séparés d’un mois permet à chaque participant, de retour dans son club, d’entamer une prise de recul et d’approfondir sa réflexion sur sa pratique et son enseignement avant la seconde phase de la formation. » 

Formation Karaté santé (4)
© DR

Entre les 8 et 10 avril, nos participants sont ainsi revenus, et les interventions sur tatamis ont d’autant plus précisé les besoins de placer et ressentir son corps dans le mouvement. D’abord une formation aux premiers secours, sur d’éventuels soucis qui peuvent se produire lors d’un entraînement, élément essentiel pour garantir la sécurité de nos pratiquants. Les aspects du processus d’entraînement ont été aussi abordés pour cibler les paramètres d’intensité, de durée, de récupération, le nombre et le type de répétitions des exercices à mettre en place. Tous les pratiquants ont ainsi pu mieux appréhender ce qui avait été traité lors de la première formation sur les aspects de l’approche du corps en sortant de l’objectif technique proprement dit et en se plaçant sur le bénéfice attendu par les élèves. C’est ce que Jean-Marc DESCOTES appelle la réappropriation de son corps.

L’idée est vraiment de retrouver le bienfait du mouvement et de définir le karaté comme un outil de santé, de mieux être, en l’ajustant à chacun.

FFKDA : En quoi consiste-t-elle concrètement ?

F.R. : « Elle a pour objectif de former les professeurs à la prise en charge des personnes par la sécurisation du mouvement en enseignant le karaté comme un outil de prévention et de promotion de la santé grâce à une pratique sur le long terme. Il s’agit de faire comprendre le mouvement, tout en ressentant les différentes phases, en utilisant ses articulations à bon escient et dans le respect de leurs capacités. Le but est aussi de jouer sur l’amélioration des capacités corporelles (souplesse articulaire, musculaire, renforcement et endurance musculaire…) en prenant le temps de ressentir chaque mouvement. »

FFKDA : Qu’est-ce que le label « Club Karaté Santé » apporte?

F.R. : « Un autre regard du pratiquant ou du futur pratiquant qui désire s’inscrire. Ce label montre que le karaté s’inscrit dans la santé et le bien-être, et qu’il s’ouvre à tous. Souvent le karaté est perçu comme un art martial explosif et technique. Il est important que le regard des pratiquants change, et qu’ils voient désormais le karaté comme un outil de santé à développer tout au long de sa vie.

A noter qu’une fois le label obtenu, la formation ne s’arrêtera pas. Le professeur doit être en constante remise en question et doit avancer pour continuer d’offrir une meilleure pratique à ses licenciés. Il s’ensuivra donc d’autres formations plus abouties et précises en réponse à des pathologies comme l’après cancer, le vieillissement ou encore les maladies cardio-vasculaires.

Parallèlement à cette formation, le groupe de travail « karaté santé »  et la commission nationale médicale fédérale, œuvrent sur le Projet « Sport Santé » auprès de la commission médicale du CNOSF pour recenser le karaté comme une activité sportive de santé. Ce projet permettra de répertorier les activités sportives et leurs bienfaits sur la santé de la personne. »

FFKDA : Pourquoi avoir mis cette formation en place ?

F.R. : « La DTN souhaite aller au-devant des initiatives locales, organiser la mutualisation et faire profiter des enseignants de ces expériences pour généraliser les bonnes pratiques. Spécifiquement dans cette formation, Jean-Marc DESCOTES et Christian CABANTOUS ont communiqué sur leur action auprès de personnes touchées par un cancer avec la CAMI. L’outil karaté est donc très propice à cette approche, mais aussi pour que les enseignants, les pratiquants, les parents des enfants licenciés… puis toutes les personnes  non pratiquantes, puissent avoir une autre vision de la pratique du karaté.

Formation Karaté santé (3)
© DR

Il y avait aussi une vraie demande de la part des enseignants, qui n’ont d’ailleurs pas manqué de souligner leur contentement dès le premier jour de formation, d’en avoir enfin une qui leur soit proposée ! Il était important pour eux de diversifier leur enseignement, et de découvrir une autre manière de pratiquer.

La saison prochaine, les stagiaires du module Karaté Santé de cette année pourront approfondir leurs connaissances sur des thèmes comme le cancer et le vieillissement, ce qui leur permettra de développer leurs compétences de manière continue.