Mondiaux de Krav Maga : la France en or !
Krav Maga

Mondiaux de Krav Maga : la France en or !

15 novembre 2017 - Krav Maga

Le dimanche 22 octobre 2017, le Krav Maga a écrit une nouvelle page de son histoire, en organisant le tout premier championnat du Monde de la discipline ! Rendez-vous était donné à Jérusalem, en Israël, dans le berceau du Krav Maga. Un symbole fort, et une compétition pleine de promesses pour l’avenir. Bilan.

© DR
© DR

« Une grande fête du Krav Maga, pleine de respect, fairplay, et dans une très très (sic) bonne ambiance ». C’est en ces mots, qu’Alain Formaggio, membre de la Commission Nationale du Krav Maga, et présent sur place, décrivait ces championnats du Monde à son retour en France. Une compétition réussie, qui a réuni près de 150 compétiteurs. « Une participation poussive, mais qui prendra certainement en ampleur dès la prochaine édition », confie Jacques Serfati, missionné par le président fédéral sur ces mondiaux. « Le Krav Maga est à la mode et tend à se développer. »

Cette première compétition, Eric Benhamou, responsable de la Commission Nationale, confie qu’elle a été « calquée sur les championnats de France, et l’Open International que nous avons mis en place. La France a un réel savoir-faire et est précurseur en termes de compétitions, ce qui est reconnu à l’étranger. Les Israéliens ont transposé le format proposé par la FFK, et l’ont adapté en championnat du Monde ! » Et Jacques Serfati d’ajouter, « il y a une vraie demande des nations étrangères à ce qu’on partage notre savoir-faire en termes d’organisation. Nous l’avons ressenti, et cela nous a même été formulé ! » Parmi les changements majeurs ? Le fait que cette compétition soit à « éliminations directes, sans repêchage ! Ainsi un compétiteur arrivé en demies, était sûr d’être médaillé. » A noter qu’en amont de la compétition, une formation d’arbitrage visant à clarifier les règles a été dispensée à l’ensemble des juges présents, par Marc Fesler, membre de la Commission Nationale.

Basé sur le format tricolore, les prestations techniques, à réaliser en binômes, étaient d’une durée d’une minute trente. Alain Formaggio explique que « pour ne pas être disqualifié, un binôme doit impérativement terminer sa prestation entre 1 minute 20 et 1 minute 30. S’il finit avant 1 minute 20, il est disqualifié, s’il finit après 1 minute 30, le sort est le même. Excepté pour une technique entamée lorsque le gong sonne, là le binôme peut bien évidemment la terminer, mais l’enchaînement s’arrête. » Des prestations qui sont jugées sur plusieurs critères. « Nous prenons en compte, la technicité, la précision, le pragmatisme, la rapidité, l’explosivité et le contrôle. La démonstration doit représenter un combat réel. On ne recherche pas l’esthétisme mais l’efficacité ». Et d’ajouter, « chaque enchaînement doit être composé à minima de saisies et étranglements, de travail au sol, de frappes pieds/poings, et d’au moins une technique avec chaque arme proposée sur la compétition. »

Si les binômes peuvent présenter des enchaînements différents à chaque tour, le règlement les autorise également à présenter le même tout au long de la compétition. Un fait expliqué par la complexité à tout préparer dans les temps. « Chaque équipe doit timer ses enchaînements, les positions pour récupérer telle ou telle arme, réaliser telle ou telle technique… Cela reste chorégraphié, et donc demande beaucoup de préparation pour un seul et unique enchaînement. »  

© DR
© DR

Côté tricolore, plusieurs équipes ont concouru. La France repart avec 13 médailles, dont trois titres mondiaux (vétérans, seniors féminines, seniors masculins), quatre médailles d’argent et six médailles de bronze, se classant ainsi 1è nation mondiale. « C’est important de se positionner tout de suite comme leader, expose J. Serfati, il y a une reconnaissance du niveau des athlètes français, et ce à l’international ! » Pour sa part, Alain Formaggio pense que « cela va se compenser avec les années. On a l’expérience des compétitions, ce qui justifie notre leadership actuel, mais cela va se compenser avec le temps, et il va falloir travailler encore plus dur si l’on souhaite rester sur le toit du Monde au classement des nations ! »

Une première compétition réussie, aussi bien sur plan de l’organisation qu’en termes d’ambiance. « Ce championnat du Monde s’est déroulé dans une excellente ambiance, commente Eric Benhamou, au-delà du respect général qui régnait, l’atmosphère était fraternelle. Il y aura certainement des ajustements pour la prochaine édition, mais pour une première, cela s’est plutôt bien déroulé ! »

A noter qu’en marge de la compétition, plusieurs réunions ont eu lieu, lors desquelles il a notamment été décidé de créer une fédération européenne, et d’ainsi programmer un premier championnat d’Europe dès l’année prochaine. Ce championnat continental se déroulera à Florence (Italie) le 18 novembre 2018. Le prochain championnat du Monde se tiendra pour sa part en 2019, permettant ainsi l’alternance bisannuelle entre l’Euro et les mondiaux.

D’ici à ces échéances, le Krav Maga tricolore aura d’autres compétitions. Pour cette saison, le championnat de France se déroulera le 11 février 2018 à Paris, tandis que l’Open International de la discipline, se tiendra le 14 avril, toujours dans la capitale française.

Résultats tricolores :

MÉDAILLES D’OR :
Nicolas Christian & Michael Goffo (Vétérans)
Stéphanie Dumont & Hanifa Yajjoi (Seniors Féminines)
Mohamad Moussaoui & Stephane Binde (Seniors Masculins)

MÉDAILLES D’ARGENT :

Christian Malandin & Bruno Candelier (Vétérans)
Frederic Brunel & Nathalie Fiquemont (Open)
Stephan Rigoulot & Leny Dourado (Mixtes)
Laurie Caleland & Caroline Taisne (Senior Féminines)

MÉDAILLES DE BRONZE :
Philippe Besson & Foudhil Bouchebaine (Vétérans)
Alice Bismut & François De Abreu (Mixtes)
Nicolas Giangiaco & Muriel Dalmas (Mixtes)
Christian Malandin & Bruno Candelier (Open)
Nicolas Christian & Michel Goffo (Open)
Franck Delsault & Boris Boucche (Seniors Masculins)