France Kata, les juges étaient aussi notés !
Arbitrage

France Kata, les juges étaient aussi notés !

4 décembre 2017 - Arbitrage / Karaté

En marge de la coupe de France Kata, qui se tenait le samedi 25 novembre à Lormont (Gironde), avait lieu un examen national d’arbitrage, dont le titre en jeu était celui de juge national B Kata. 31 candidats étaient présents, 11 repartent avec le fameux sésame. Bilan de cette journée avec Bruno Verfaillie, responsable de la Commission Nationale d’Arbitrage.

© Manuel Blondeau / FFK
© Manuel Blondeau / FFK

Comment s’inscrivent les candidats pour ce genre d’examen ?
Bruno Verfaillie : Ce sont les responsables d’arbitrage régionaux qui inscrivent les candidats à l’examen national. Pour cela ils font remonter une liste via le site internet de la Commission Nationale d’Arbitrage (CNA). Pour cette session, les inscriptions devaient être faites mi-octobre.

Comment s’est déroulée la journée ?
BV : Eh bien nous avons accueilli les candidats dès 7h afin de contrôler passeports et inscriptions. Ensuite, nous avons fait une présentation de la CNA, de ses grands principes, nos attentes, notre vision sur le long terme… Parmi les attentes évoquées, notamment celle que les arbitres répondent régulièrement aux convocations, car nous réalisons un suivi de présence, ou encore le fait qu’ils travaillent en autonomie chez eux. J’entends par là qu’obtenir un titre n’est pas une fin en soi, il faut continuer de travailler pour se perfectionner. Pour cela la CNA a mis plusieurs choses en place. Nous remettons à chaque responsable d’arbitrage régional des grilles d’analyses, qu’ils remettent eux-mêmes aux arbitres de leur région. L’objectif de ces grilles étant de faire travailler nos juges chez eux en observant des élèves ou en consultant des vidéos. Il faut que nos juges travaillent encore plus, au moins 1 heure par semaine, afin d’améliorer la qualité des jugements. Nous allons également mettre en place par l’intermédiaire des 13 responsables des régions des formations en Karaté-Gi sur un travail axé sur une pratique en corrélation : critères/katas. Sinon, au démarrage de chaque saison les arbitres répondent à un QCM, ce qui permet de faire un état des lieux du niveau de chacun. La CNA établie ensuite des taux de pourcentages qu’elle communique aux responsables régionaux. Suite à cela ils peuvent travailler spécifiquement sur les lacunes relevées.

Enfin, nous sommes passés à l’examen théorique. Ce dernier consistait en un QCM de 40 questions qui devait tester leur connaissance de la règlementation. Il leur fallait également visionner 5 adversités, puis les analyser en cochant les critères correspondant à ce qui découlait de leur analyse. Suite à cela, les candidats sont envoyés à la pratique. Tous, car ils n’ont pas encore les résultats de la théorie, qui est corrigée en parallèle de leur épreuve pratique. Pour cette dernière, les candidats sont alignés aux côtés d’arbitres confirmés qui les observent, les interrogent etc. Le but est de questionner le candidat à chaud, afin d’observer jusqu’où va son argumentaire et son analyse. Cette phase pratique est très importante car il s’agit vraiment de repérer les candidats qui sont prêts pour le niveau national ! Il faut qu’ils fassent preuve d’une objectivité à toute épreuve.

© Manuel Blondeau / FFK
Chaque équipe arbitrale est composée de candidats et d’arbitres confirmés pour les observer et les juger ● © Manuel Blondeau / FFK

Quel message souhaiteriez-vous faire passer aujourd’hui ?
BV : Il faut que les clubs se dotent d’arbitres et de juges ! C’est très important, car cela permet aux pratiquants, dont les compétiteurs, d’avoir toutes les informations, d’être toujours à jour au niveau de la règlementation et ses évolutions, et d’avoir une bonne compréhension de l’arbitrage.

J’ajouterais qu’il n’y a pas de secret pour devenir arbitre, ou évoluer dans ce milieu, si ce n’est le travail et la rigueur. Nous emmenons les meilleurs athlètes à l’international, donc à nous de faire en sorte d’avoir les meilleurs arbitres pour les accompagner !

Sur les 31 candidats qui ont passé l’examen, 11 ont été reçus avec succès et décrochent ainsi le titre de juge national B Kata. La prochaine session d’examen pour l’arbitrage technique aura lieu lors du championnat de France Kata, les 7 et 8 avril à Lille.

Les lauréats :

  • Emma ALLARD  (Auvergne Rhône Alpes)
  • Laurie DISPLAN  (Ile de France)
  • William GAGNOL  (Centre-Val-de-Loire)
  • Sara IDDIR  (Occitanie)
  • Gowshekan BALENDRAKUMAR  (Auvergne Rhône Alpes)
  • Sabrine JELASSI  (Provence Alpes Côtes d’Azur)
  • Jimmy NIVEAU  (Nouvelle Aquitaine)
  • Loïc CELANO  (Ile de France)
  • Pierre-François DORMEGNIE  (Auvergne Rhône Alpes)
  • Albert CHATELAIN  (Nouvelle Aquitaine)
  • Khaled DROUCHE  (Ile de France)