Une Cpe de France Kata aux enjeux multiples
Compétition

Une Cpe de France Kata aux enjeux multiples

2 décembre 2016 - Competitons / Karaté

Alors que la Coupe de France Kata était la première compétition des techniciens depuis les Championnats du Monde de Linz, Ayoub Neghliz, responsable de performance kata, partage ses impressions au retour de cette manifestation majeure, qui se déroulait au Kindarena de Rouen.

© Denis Boulanger / FFKDA
© Denis Boulanger / FFKDA

Qu’avez-vous pensé du niveau général de cette Coupe de France Kata ?
C’était une belle Coupe de France, avec un bon niveau général. Tout le plateau des techniciens n’était pas présent, notamment chez les seniors où Sandy Scordo et William Geoffray étaient absents pour des raisons personnelles mais aussi Lucas Jeannot et Ahmed Zemouri pour causes de blessures. Dans les autres catégories j’ai senti un réel engouement, notamment par rapport à la sélection pour les Championnats d’Europe jeunes (du 17 au 19 février à Sofia (Bulgarie), ndlr.) Les cadets et juniors avaient une carte à jouer, et ils se sont montrés à la hauteur !

Vous parlez de sélection, quels étaient les enjeux sous-jacents de cette compétition ?
Oui il y a en effet déjà l’enjeu de la sélection. Pour certains il s’agissait de confirmer qu’ils avaient bien leur place au sein du collectif France, pour d’autres il fallait qu’ils aillent la gagner ! Evidemment cette Coupe de France n’est pas l’unique compétition sur laquelle je vais me pencher pour établir la sélection finale ! Il y également les résultats de la saison qui vient de s’écouler. Cependant cette coupe reste importante car elle intervient à deux mois et demi de l’échéance de l’Euro jeunes, donc elle reste tout de même essentielle !
Il y avait aussi des enjeux pour certains athlètes présents en seniors, car en l’absence de plusieurs techniciens de haut niveau, des places étaient à prendre !

© Denis Boulanger / FFKDA
© Denis Boulanger / FFKDA
Cette année on a pu voir des équipes mixtes, qu’est-ce que cette nouveauté apporte ?
Eh bien il s’agit de la première compétition où cela a lieu alors on ne peut pas tirer un franc bilan dans l’immédiat… Mais cela est vraiment intéressant car ça permet d’observer des athlètes de certains clubs qui n’ont pas l’opportunité de monter une équipe uniquement masculine ou féminine, et que donc on ne voit pas lors des compétitions par équipes habituellement. On a l’occasion d’aller chercher de nouveaux potentiels ! Le taux de participation des équipes mixtes n’était pas très élevé, étant donné qu’il s’agit de la première fois, mais c’est à suivre pour les années à venir, afin d’observer si des potentiels sortent du lot par cette voix-là.

Avez-vous déjà une petite idée du groupe qui s’envolera pour Sofia (Bulgarie) ?
Il y a déjà certains noms que j’ai en tête, mais pour le moment rien n’est définitif. Je préfère envoyer moins d’athlètes mais avec une vraie chance de médaille, plutôt qu’être présent dans chaque catégorie, sans potentiel de podium ! La sélection ne se fait pas que sur cette saison, mais aussi sur les résultats de la saison passée.

Je pense par exemple à la catégorie juniors. Pour la Coupe de France 2015, les Championnats de France 2015, et la Coupe de France 2016, nous avons trois vainqueurs différents ! Cela montre que la concurrence est rude et que les places sont chères !

Chez les seniors, Enzo Montarello, qui n’était aligné qu’en équipe pour les mondiaux de Linz, avait à cœur de faire les individuels pour cette Coupe de France. Il savait que le parcours de sélection pour les Championnats d’Europe seniors (du 4 au 7 mai à Samsun (Turquie), ndlr.) commençait par cette coupe de France. En la remportant, il a rempli le contrat !

Chez les filles, en l’absence de Sandy Scordo, la grande favorite était Alexandra Feracci. Après les Championnats du Monde, plutôt bien réussi en termes de travail, même si le résultat n’est pas là, Alexandra devait rebondir sur cette Coupe de France. Elle avait fait un break après les monde, et il fallait repartir dans la préparation des prochains Championnats d’Europe seniors, ce qu’elle a fait avec brio ! On a d’ailleurs assisté à deux demi-finales familiales dans cette catégorie. Pour l’une, étaient opposées, Alexandra Feracci et Marie Bui, pour la seconde, c’était leurs petites sœurs, Laetitia et Lila qui s’affrontaient ! Confrontée à sa sœur en finale, Alexandra prend l’ascendant, et remporte le titre.

D’autres compétiteurs chez les jeunes vous ont marqué ?
Oui, pour les jeunes comme évoqué précédemment cette Coupe de France avait un parfum de sélection. J’ai été agréablement surpris par Florian Nabucet, qui est en constante évolution. Chez les cadets il finit 3ème à la Coupe de France et au Championnat de France, et cette année en l’absence des vainqueurs des éditions précédentes, désormais classés en juniors, il est parvenu à remporter le titre. Ce qui est d’autant plus beau, c’est qu’il ne prend aucun drapeau contre lui de toute la compétition !

Il y a aussi Léa Pons, en cadette cette année. Lors de la saison dernière elle n’avait pas réussi à faire de podium, mais elle a su se relever et remporter l’édition 2016 !

Chez les juniors, comme évoqué précedement, en trois compétitions (Coupe de France 2015, Championnat de France 2015 et Coupe de France 2016, ndlr.) on a trois vainqueurs différents ! Malgré cela on a vu un Micky Mrozek en forme, qui a par ailleurs battu Franck Ngoan 5/0 en demies. Pour les filles, les finalistes étaient les même que la saison dernière, Marine Ozanne et Louise Frieh, ce qui confirme leur rang. Louise réitère sa performance passée et conserve son titre de vainqueur de la Coupe de France !

Si ces noms sont dans mon esprit, il faut savoir que la sélection n’est clairement pas arrêtée ! Il faudra attendre les stages Equipe de France de décembre pour y voir plus clair.

Quelles sont les prochaines échéances pour ces présélectionnés en cadets/juniors/espoirs ?
Il y aura un stage du 16 au 18 décembre pour les individuels jeunes, qui embrayera sur un stage pour les équipes du 18 au 21.

Cette année, deux nouvelles catégories font leur apparition : les équipes espoirs (-21 ans). C’est essentiel de s’y préparer car nous avons un bon réservoir en France. Je pense à l’équipe féminine Championne du Monde, composée de Lila Bui, Perrine Mortreux et Manon Spennato, qui passait en seniors cette année, mais qui du coup peut s’offrir une compétition supplémentaire en guise d’entraînement et de préparation.

Sinon, les autres échéances sont la Coupe de France espoirs, le 8 janvier à Amiens (80), puis un stage pour les espoirs et seniors avant l’Open de Paris – Karaté 1 Premier League. Cette compétition internationale de référence, qui se déroulera du 27 au 29 janvier, sera une compétition de préparation pour les espoirs et les seniors en vue de leurs championnats d’Europe respectifs.

Enfin, un stage terminal, rassemblant l’ensemble des sélectionnés, aura lieu début février, avant le départ pour la Bulgarie.

> Galerie photos